Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Allier à Mayotte

Allier à Mayotte

Vie quotidienne d'expatriés à Mayotte pour la famille et les amis.

Articles avec #culture traditions et patrimoine. catégorie

Publié le par M Christine
Publié dans : #culture traditions et patrimoine.

Hier à l'occasion de l'Aid El-Fitr qui annonce la fin du Ramadan nous avons assisté  à un Deba.

Le Deba est une danse traditionnelle de Mayotte réservée  exclusivement aux femmes.

Mêlant la musique et le chant, le Deba peut avoir une signification religieuse, il peut aussi être pratique  en tant que distraction et même devenir une compétition entre plusieurs groupes de femmes issus de différents villages.

Le Deba
Le Deba

Le Deba est une tradition récente tirée du soufisme , lui même  issu de l'islam qui est la religion très majoritaire à Mayotte. (98% de la population).

Il fut inventé dans les années 1960 lorsqu'un foundi  coranique vint  donner une représentation de chant soufi à Mayotte. A ce moment, les femmes se sont accaparées  de cette pratique à la base réservée aux hommes et purement religieuse.

Le Deba

Le Deba est effectué  par les femmes du village. Elles sont vêtues  de tenues identiques  (le salouva) et portent leurs  plus belles  parures.

Leur chorégraphie à pour but de reproduire le mouvement lancinant des vagues de l'océan. 

La danse est accompagnée de chants en langue arabe, rythmée  par des instruments à percussion comme le tambourin.

Le Deba
Le Deba

A Mayotte toutes les occasions sont bonnes pour faire Deba : ce soir c'était pour fêter la fin du Ramadan  et l'occasion aussi d'une petite compétition entre femmes de villages. Le jury était bien attentif. 

Le Deba
Le Deba
Le Deba
Le Deba

Voir les commentaires

Publié le par M Christine
Publié dans : #culture traditions et patrimoine.

Il y a quelques jours je suis allée voir une exposition organisée  par la section d'enseignement professionnel du lycée Tani Malandi de Chirongui.

 

101 années d'histoire dans le 101eme département Français. (1841-1942)
101 années d'histoire dans le 101eme département Français. (1841-1942)

Les deux enseignants d'histoire/géographie,  Luc Legeard et Benoît Richard ont  retenu deux dates majeures : 1841 la prise de possession de Mayotte par la France et 1942 l'arrivée des soldats anglais sur petite Terre.

101 années d'histoire dans le 101eme département Français. (1841-1942)

Les élèves de première de section " Communication visuelle pluris-medias " ont reconstitué d'après les textes d'archives les uniformes portés par les gardiens d'arbres à cocos, par les canotiers qui reliaient la Grande Terre à la Petite Terre et par les gardiens des bâtiments administratifs.

101 années d'histoire dans le 101eme département Français. (1841-1942)101 années d'histoire dans le 101eme département Français. (1841-1942)

La classe de seconde a pour sa part recueilli les riches témoignages des Anciens et montré les origines diverses des habitants de Mayotte.

101 années d'histoire dans le 101eme département Français. (1841-1942)
101 années d'histoire dans le 101eme département Français. (1841-1942)101 années d'histoire dans le 101eme département Français. (1841-1942)

Un ensemble de documents iconographiques inédits et oubliés venant de collections privées ont permis de montrer les aspects de la vie quotidienne à Mayotte.

101 années d'histoire dans le 101eme département Français. (1841-1942)
101 années d'histoire dans le 101eme département Français. (1841-1942)
101 années d'histoire dans le 101eme département Français. (1841-1942)
101 années d'histoire dans le 101eme département Français. (1841-1942)

L'exposition a obtenu un vif succès auprès des élèves de l'établissement qui ont défilé tout au long de cette matinée avec leurs professeurs respectifs.

Pour les enseignants : "Il s'est agi d'établir des ponts de convergence avec les programmes nationaux pour aider les élèves à s'inscrire dans une chronologie et une Histoire qu'ils méconnaissent trop souvent ".

Faire revivre l'Histoire de Mayotte pour éclairer le présent.

101 années d'histoire dans le 101eme département Français. (1841-1942)

Voir les commentaires

Publié le par M Christine
Publié dans : #culture traditions et patrimoine.
Journées du patrimoine 2016

Pour ces journées du patrimoine 2016, nous avons décidé de faire la visite guidée de la réserve forestière de Ouangani et la visite de la mosquée de Tsingoni.

 

La Réserve Forestière de Ouangani.

 

Le service des ressources forestières en collaboration avec l'ONF est chargé de la protection, de l'aménagement et la valorisation du patrimoine naturel des forêts publiques du Conseil Départemental de Mayotte. Ceci au travers de trois axes :

La gestion et la protection des forêts départementales par la lutte contre l'érosion. Le maintien et l'amélioration du patrimoine forestier. La surveillance du domaine forestier par rapport au défrichement, incendies, divagation d'animaux domestiques et occupations illégales.

La collection végétales et productions de plants destinés au travaux de boisement et de restauration écologique. La capacité de production est de 100 000 plants par an.

La mobilisation et la transformation du bois. Le SRF assure l'exploitation, le sciage et la commercialisation des bois provenant des différents chantiers.

La carte des forêts publiques de Mayotte

La carte des forêts publiques de Mayotte

A Mayotte, la forêt représente environ 11 000 ha dont 7500 ha de forêts publiques relevant du régime forestier.

Le site de la Réserve Forestière.
Le site de la Réserve Forestière.Le site de la Réserve Forestière.

Le site de la Réserve Forestière.

Le guide qui nous accueille pour cette première visite de la journée. Nous serons une dizaine de personnes et comme très souvent à Mayotte, uniquement des M'zungus.

Journées du patrimoine 2016
Journées du patrimoine 2016
Journées du patrimoine 2016

Quelques panneaux pédagogiques dont l'un sur les essences de bois que l'on rencontre à Mayotte.

Journées du patrimoine 2016Journées du patrimoine 2016
Journées du patrimoine 2016Journées du patrimoine 2016

La pépinière qui a une capacité de production de 100 000 plants par an. Les graines sont directement collectées sur les différents sites de Mayotte.

La production se fait sur commande uniquement.

Le SRF mène aussi un travail de recherche et d'expérimentation de production de plants, notamment indigènes pour la diversification des produits et la composition d'une collection botanique.

Journées du patrimoine 2016

Le puits utilisé pour l'arrosage qui est automatisé depuis peu.

La scierie

La scierie

Pour la suite de la visite nous nous dirigeons vers la scierie. Et là c'est tout de même un grand choc lorsqu'on voit l'état des lieux, du matériel et les quelques malheureuses planches de bois qui s'y trouvent.

C'est la seule scierie de l'île et elle produit 25 m3 de bois à l'année. Pour ainsi dire une misère !

Bref, il reste du travail à faire !!!

Journées du patrimoine 2016Journées du patrimoine 2016
Journées du patrimoine 2016
Journées du patrimoine 2016Journées du patrimoine 2016

Le matériel et les machines.

L'impression dominante est que tout semble à l'abandon, que rien ne fonctionne depuis des années et surtout que rien n'est entretenu. C'est à l'image du reste. C'est Mayotte !

Journées du patrimoine 2016

Le pneu creuvé, mais jusqu'à quand !

Journées du patrimoine 2016Journées du patrimoine 2016
Journées du patrimoine 2016

Le stock de bois !

Journées du patrimoine 2016

Nous terminons cette visite par le parc botanique  en cours de réalisation et subventionné par des fonds européens.

 

Journées du patrimoine 2016
Journées du patrimoine 2016Journées du patrimoine 2016

Les chemins qui seront tracés à l'aide de bambous.

Journées du patrimoine 2016Journées du patrimoine 2016

Le pont qui vient d'être construit et une partie du bois est  un bois d'exportation. Si, si c'est vrai !

Journées du patrimoine 2016

L'emplacement de l'entrée et du futur portail .

 

 

Nous quittons Ouangani pour visiter la mosquée de Tsingoni.

Journées du patrimoine 2016

La mosquée de Tsingoni est l'un des bâtiments les plus anciens de l'île, et pourtant toujours en activité.

On ne connaît pas la date exacte de sa  construction, elle est pour l'instant rattachée au XVI ième siècle, date relevée sur le bas relief du mihrab qui indique 1538

La mosquée est construite à l'entrée du village et occupe le point le plus élevé en dominant ainsi le village et ses alentours..

Journées du patrimoine 2016

Le mihrab est l'élément le plus remarquable de l'édifice. C'est l'endroit ou l'imam s'installait pour dire la prière. Le mihrab fut construit par le sultan Haîssa qui en s'installant à Tsingoni fit de la ville, la capitale de l'île.

Journées du patrimoine 2016

Détail d'une des deux plaques ornant le mihrab, datée de 1538.

Journées du patrimoine 2016

Lors de la célébration annuelle de l'Ide, l'ensemble du mihrab est repeint et arbore de nouvelles couleurs. Depuis que la mosquée est devenue monument historique et en attendant sa restauration, sa remise en peinture n'est plus autorisée. Le mihrab conserve donc la polychromie faite en 2011 pour le moment.

A partir des années 1980, la mosquée a fait l'objet de modifications importantes car elle est devenue un lieu de culte trés fréquenté et n'était plus assez grande pour accueillir tous les fidèles.

La nouvelle salle de prières à l'étage

La nouvelle salle de prières à l'étage

La salle de prières au rez de chaussée

La salle de prières au rez de chaussée

Le nouveau bassin d'ablutionsLe nouveau bassin d'ablutions

Le nouveau bassin d'ablutions

La salle sépulcrale
La salle sépulcrale

La salle sépulcrale

Le minaret construit en 1994 est devenu un repère urbain symbolisant l'entrée du village . Il constitue aujourd'hui l'un des emblèmes de Tsingoni.

J'ai donc profité de ces journées du patrimoine pour y monter mais pas de volontaire pour m'accompagner. Il faut dire que le passage est assez étroit surtout au second palier.

Mais ça en valait la peine car d'en haut la vue est magnifique.

Le minaret

Le minaret

Journées du patrimoine 2016
Journées du patrimoine 2016

La vue sur le village et le lagon du haut du minaret.

Journées du patrimoine 2016
Journées du patrimoine 2016Journées du patrimoine 2016
Journées du patrimoine 2016
Les moins courageux  !!!

Les moins courageux !!!

Le cimetière

Le cimetière

La tradition orale rapporte que les deux mosolées de Tsingoni abritent les corps de la femme et de la fille du sultan Haîssa. Il s'agirait donc de tombaux royaux.

Ils se présentent comme une habitation en minature, la toiture pyramidale couverte en végétal est suggérée par du corail laissé brut.

Journées du patrimoine 2016
Journées du patrimoine 2016

 

 

 

Tsingoni, creuset de l'histoire mahoraise, a lancé les journées du patrimoine.

( journal de Mayotte du 18 septembre)

 

 

Journées du patrimoine 2016

C'est en inaugurant le programme de restauration de la plus ancienne mosquée de France, que le préfet et les acteurs culturels, ont lancé les journées européennes du patrimoine.

Nous sommes arrivés trop tard pour le discours du préfet et le buffet !

Journées du patrimoine 2016
Journées du patrimoine 2016
  • Quelques photos du village de Tsingoni
Journées du patrimoine 2016Journées du patrimoine 2016
Journées du patrimoine 2016Journées du patrimoine 2016
Journées du patrimoine 2016Journées du patrimoine 2016
Journées du patrimoine 2016Journées du patrimoine 2016

La culture ça creuse ! Nous avons donc continué notre route en direction d'Acoua jusqu'au restaurant de La Marine.

Le restaurant est situé au bord de l'eau. Le repas du midi est à 10 euros, servi sous forme de buffet à volonté. Nous avons mangé du poisson, du poulpe et du poulet.

Journées du patrimoine 2016
Journées du patrimoine 2016Journées du patrimoine 2016
Journées du patrimoine 2016Journées du patrimoine 2016
Journées du patrimoine 2016

Voilà pour cette journée du patrimoine 2016.

Voir les commentaires

Publié le par M Christine
Publié dans : #culture traditions et patrimoine.
Forum des Métiers et de l'Artisanat de l'Océan Indien

Le 4ème Forum des Métiers et de l'Artisanat de l'Océan Indien a débuté le 23 mai à l'hôtel Consulaire, et se poursuit du 24 au 29 mai Place de la République par une grande foire artisanale qui accueille plus de 100 artisans de Mayotte, Madagascar et des trois îles de l'Union des Comores.

Je m'y suis rendue ce matin mais je ne crois pas qu'il y avait une centaine d'exposants. Il est possible que les problèmes liés aux clandestins qui occupent actuellement la place de la République en aient découragé quelques uns.

Forum des Métiers et de l'Artisanat de l'Océan Indien
Forum des Métiers et de l'Artisanat de l'Océan IndienForum des Métiers et de l'Artisanat de l'Océan Indien
Forum des Métiers et de l'Artisanat de l'Océan Indien

Des artisans venus de Madagascar, d'Anjouan et de Grande Comore

Forum des Métiers et de l'Artisanat de l'Océan Indien
Forum des Métiers et de l'Artisanat de l'Océan Indien
Forum des Métiers et de l'Artisanat de l'Océan Indien
Forum des Métiers et de l'Artisanat de l'Océan Indien
Forum des Métiers et de l'Artisanat de l'Océan Indien
Forum des Métiers et de l'Artisanat de l'Océan Indien
Forum des Métiers et de l'Artisanat de l'Océan Indien
Forum des Métiers et de l'Artisanat de l'Océan Indien
Forum des Métiers et de l'Artisanat de l'Océan Indien
Forum des Métiers et de l'Artisanat de l'Océan Indien
Forum des Métiers et de l'Artisanat de l'Océan Indien

Et à côté de la foire, les expulsés qui attendent les décisions du préfet sur leur sort à venir.

Forum des Métiers et de l'Artisanat de l'Océan Indien
Forum des Métiers et de l'Artisanat de l'Océan IndienForum des Métiers et de l'Artisanat de l'Océan Indien
Forum des Métiers et de l'Artisanat de l'Océan Indien

Voir les commentaires

Publié le par M Christine
Publié dans : #culture traditions et patrimoine.
Journées du patrimoine 2015.
Journées du patrimoine 2015.

Le mot du Maire de Chirongui, Madame Hanima Ibrahima, qui est d'ailleurs une femme très dynamique pour sa commune.

Le développement rapide de notre île implique qu'une attention particulière soit portée à notre patrimoine. Qu'il soit culturel, naturel ou historique, sa protection est indispensable si nous voulons conserver notre identité.

Les journées du patrimoine engagent à Chirongui, une démarche de long terme qui permettra de mieux connaître cette culture pour mieux la préserver et la valoriser. Je souhaite à toutes et à tous de belles découvertes à l'occasion de ces journées du patrimoine.

 

Sur le prospectus le rendez-vous était donné à 8h dans le village.

Comme à notre habitude, nous étions à l'heure, même en avance, sauf que nous avions oublié que nous étions à Mayotte. Il y avait une erreur sur l'horaire, c'était 8h45 et  nous avons démarré à 9h bien sonné.

Et le lieu de rendez-vous n'était pas précisé (c'était la mairie) et quand j'ai téléphoné la veille, le  répondeur indiquait "je suis en vacances jusqu'au 21 .... " Normal, on est à Mayotte !!!

Pas grave, ça s'est fait tout de même.

 

Nous sommes donc partis de la mairie sur le SITE du TANIMALANDI.

Un groupe d'enfant nous accompagnait. Et pour une fois, les Mahorais étaient plus nombreux que les Mzungu.

Le départ de la mairie de Chirongui.
Le départ de la mairie de Chirongui.
Le départ de la mairie de Chirongui.

Le départ de la mairie de Chirongui.

 

 

Mais à Mayotte tout se mérite. Nous avons donc marché dans la brousse pour atteindre la Mroni Mami " ce qui veut dire la rivière sucrée ...

Journées du patrimoine 2015.Journées du patrimoine 2015.
Journées du patrimoine 2015.

 

 

Et là, surprise , un trou d'eau, avec une eau laiteuse qui ne donne pas envie de la boire !

Alors quelques explications sur la Mroni Mami : à Chirongui, lorsqu'un homme se marie, sa femme va puiser l'eau de la rivière afin de la lui faire boire (pas pour l'empoisonner, quoi que !!!) mais pour le rendre fidèle. C'est parait-il un filtre d'amour !

Alors j'ai demandé à la jeune femme qui nous accompagnait " Il y a des mahorais infidèles  ? " Réponse : ils sont tous infidèles !!!

 

Notre guide
Notre guide

Notre guide

 

 

Puis nous avons poursuivi notre visite jusqu'au Tanimalandi qui veut dire la pierre blanche.

Il s'agit en fait d'argile blanche ( kaolin ). Les mahorais l'utilisent beaucoup et c'est le seul endroit de l'île ou on peut en trouver.

Ils l'utilisent pour les maux d'estomacs, les nausées des femmes enceintes, les masques de beauté, le traçage au sol etc ...

 

 

 

Journées du patrimoine 2015.
Journées du patrimoine 2015.
Journées du patrimoine 2015.

 

 

Puis nous avons terminé au Mjini Shirongui et là il faut beaucoup d'imagination pour comprendre qu'à cet endroit se situe le site de l'ancien village de Chirongui. On ne voit rien, sauf quelques cailloux, tout est enfoui sous la végétation. L'endroit vient juste d'être découvert;

Le village se serait installé à cet endroit , sur les hauteurs, pour se protéger des malgaches.

La pierre retrouvée est en fait du  corail qui servait à la construction des maisons.

Voilà c'est là !
Voilà c'est là !

Voilà c'est là !

 

 

Et voici les vestiges d'une tombe. D'après les ancêtres une très grave maladie appelée 

" pélimbé " se serait abattue sur la population (la variole ) et les malades auraient été tenus en quarantaine et enterrés à cet endroit.

Cela pourrait aussi expliquer la présence du village sur les hauteurs de Chirongui.

Journées du patrimoine 2015.

 

 

Quelques photos du paysage.

Le village de Chirongui
Le village de Chirongui
Le village de Chirongui

Le village de Chirongui

Jamais sans le chombo.Jamais sans le chombo.

Jamais sans le chombo.

Une mahoraise croisée dans la brousse. On est jamais seul dans la brousse !
Une mahoraise croisée dans la brousse. On est jamais seul dans la brousse !

Une mahoraise croisée dans la brousse. On est jamais seul dans la brousse !

 

Direction Miréréni sur le site de l'usine sucrière.

En 1846 les concessions sucrières se sont développées sur l'île grâce aux travailleurs provenant de tous les coins de l'océan Indien et en particulier des Comores.

D'après les témoignages recueillis, l'usine aurait été créée par un certain Michel, son fils François en ayant hérité à sa mort.Actuellement l'usine est la propriété de la famille Abdallah.

L'usine produisait du sucre brut qui était ensuite transporté par bateau en métropole.

Pour cette journée le site a été nettoyé et à Mayotte pour nettoyer , on brûle !

L'entrée du site.L'entrée du site.

L'entrée du site.

Les vestigesLes vestiges
Les vestigesLes vestiges

Les vestiges

La cheminée prisonnière d'un magnifique ficus étrangleur.
La cheminée prisonnière d'un magnifique ficus étrangleur.

La cheminée prisonnière d'un magnifique ficus étrangleur.

Le nettoyage par la feu. Efficace !!!Le nettoyage par la feu. Efficace !!!

Le nettoyage par la feu. Efficace !!!

 

 

Pour terminer cette partie de la visite quelques danses mahoraises.

Journées du patrimoine 2015.Journées du patrimoine 2015.
Journées du patrimoine 2015.

 

 

La jeunesse mahoraise .

Journées du patrimoine 2015.Journées du patrimoine 2015.
Journées du patrimoine 2015.Journées du patrimoine 2015.
Journées du patrimoine 2015.Journées du patrimoine 2015.

 

Pour terminer la journée, direction le village de Poroani afin de visiter la mosquée d'Antanabé qui est le seul témoignage de l'existence de l'ancien village de Poroani qui a été abandonné dans les années 1980 à cause de la montée des eaux.

 

 

Notre arrivée en bus, ça aussi c'est une grande première à Chirongui. Un bus prenait les habitants dans les villages pour les déposer sur les différents sites.

L'arrivée en bus.L'arrivée en bus.

L'arrivée en bus.

La mosquée d'Antanabé.La mosquée d'Antanabé.

La mosquée d'Antanabé.

Les barques et la mangrove.
Les barques et la mangrove.

Les barques et la mangrove.

Voilà c'était la journée du patrimoine à Chirongui.

Voir les commentaires

Publié le par M Christine
Publié dans : #culture traditions et patrimoine.

Samedi, le Banga Latrou organisait une journée dédiée à la cuisine traditionnelle locale.

Simple et pratique, la cuisine mahoraise est peu variée. La base des repas est constituée de bananes, de manioc et de riz.

Dans 98% des cas c'est la femme qui cuisine et elle prépare généralement de grandes quantités de nourriture, pour plusieurs raisons : les familles sont nombreuses avec beaucoup d'enfants, certains plats sont très longs à préparer donc autant en cuisiner beaucoup et enfin il faut toujours anticiper la visite d'un ami ou d'un voisin qui peut passer à l'improviste.

Nous avons donc participé à la préparation du Mataba qui est le plat traditionnel à Mayotte.

La préparation du plat est assez longue.

Il faut des brèdes de manioc (feuilles), les laver puis enlever les tiges des feuilles et les couper en morceaux.

La cuisine locale.
La cuisine locale.La cuisine locale.

 

 

Ensuite il faut piler les brèdes dans un mortier à l'aide d'un pilon.

C'est une étape très physique.

La cuisine locale.
La cuisine locale.La cuisine locale.

 

 

Puis vient la préparation du lait de coco.

On coupe la noix de coco en deux à l'aide du traditionnel shumbo. Et là, il vaut mieux être adroit de ses mains !!!

La cuisine locale.
La cuisine locale.
La cuisine locale.

 

 

Puis on la râpe à l'aide de cette râpe particulière sur laquelle on est assis. Il suffit juste d'effectuer le bon mouvement de rotation. Jacuse est très performant, il faut dire qu'il a gagné le  concours du plus rapide pour  râper les noix de coco sur Mayotte.

La cuisine locale.
La cuisine locale.

 

 

L'étape suivante consiste à mouiller le coco râpé avec de l'eau. Puis à bien malaxer avec les mains. Ensuite on essore et on tamise pour récupérer le jus de coco ainsi obtenu.

Enfin on ajoute le jus aux brèdes et on mélange.

 

La cuisine locale.La cuisine locale.
La cuisine locale.La cuisine locale.

 

 

On rajoute des oignons rouges, de l'ail, du sel, du poivre et on fait cuire pendant au moins 2 heures à feu doux.

Pour finir, on rajoute un peu de poisson. En fin de cuisson, la préparation doit être  presque sèche

La préparation du mataba est donc assez longue et c'est pour cette raison que ce plat est rarement au menu quotidien.

La cuisine locale.La cuisine locale.
La cuisine locale.La cuisine locale.

Le mataba est souvent accompagné de poisson au lait de coco, de manioc et de papayes vertes cuites.

 

 

Nous avons aussi participé à la confection des bonbons coco.

 

Il faut commencer par râper les noix de coco mais pas de la même façon que pour le mataba. La râpe est différente. On obtient l'effet de carottes râpées.

La cuisine locale.La cuisine locale.

 

Ensuite on prépare un caramel traditionnel dans une casserole avec du sucre et de l'eau.

Cette fois la Bouéni a utilisé le gaz.

Puis on rajoute la noix de coco râpée, bien mélanger.

La cuisine locale.La cuisine locale.

 

 

On rajoute de l'eau et des bâtons de cannelle. On fait cuire jusqu'à évaporation complète de l'eau.

La cuisine locale.
La cuisine locale.

 

La couleur change et l'eau s'est évaporée.

Il suffit d'étaler le bonbon coco sur un plat pour le laisser refroidir et pour finir, faire des petits tas.

Voilà c'est prêt !

La cuisine locale.La cuisine locale.
La cuisine locale.

Bon appétit !!!

Voir les commentaires

Publié le par M Christine
Publié dans : #culture traditions et patrimoine.

Dans la culture mahoraise un garçon ne doit pas vivre près de ses soeurs. Alors que la fille reste à la maison jusqu'à son mariage, le garçon entre 13 et 15 ans s'en va vivre à la limite du village.

Avec l'aide de ses amis et de ses parents il construit sa case d'une pièce en torchis (terre argileuse mélangée à de la paille de riz ou à des fanes de bananiers) sur une armature de bois et de bambou. Le garçon y vit seul mais il ne fait qu'y dormir , il continue de prendre ses repas à la maison. Il y reçoit ses amis , il y passera son adolescence dans une relative autonomie jusqu'au jour de son mariage ou il ira s'installer chez son épouse.

Le banga est une preuve de maturité et fait de l'adolescent un homme. Certains décorent leur banga avec beaucoup d'imagination.

Cette coutume a tendance à disparaitre.

 

 

 

Le Banga

Samedi dernier nous nous sommes rendus à une journée gastronomique proposée par Jacuse qui veut faire découvrir et préserver la culture mahoraise par l'intermédiaire de ses bangas.

Le Banga

Dans son village il a construit six bangas traditionnels avec le projet d'y accueillir les touristes et les centres de loisirs afin qu'ils puissent y passer

une ou plusieurs nuits dans la tradition mahoraise.

Le Banga

L'intérieur du banga qui reste assez spartiate.

Le Banga

La décoration intérieure.

 

 

Quelques photos des bangas au pied du mont Choungui.

 

Le Banga
Le Banga
Le Banga
Le Banga
Le Banga

Christian en grande conversation avec Jacuse (toujours à la recherche de docs et d'infos pour ses élèves )

Le projet de Jacuse est en cours de finalisation , si vous souhaitez  l'aider allez sur le lien :

http://www.kisskissbankbank.com/les-bangas-mahorais

Le village de Tsimkoura ou sont situés les bangas avec vue sur le Choungui et le lagon.

Le BangaLe Banga
Le BangaLe Banga
Le BangaLe Banga
Le BangaLe Banga

Voir les commentaires

Publié le par M Christine
Publié dans : #culture traditions et patrimoine.
Course de pirogues à Kani Kéli

Ce matin nous sommes allés assister à une course de pirogues à Kani Kéli.

La pirogue à balancier
La pirogue à balancier

La pirogue à balancier

La pirogue est creusée dans un tronc d'arbre, elle est stabilisée par un balancier lui-même constitué d'un autre  tronc d'arbre de diamètre très faible maintenu sur un côté de la pirogue par deux longues traverses.

A Mayotte la pirogue qui est utilisée dans le lagon essentiellement par les pêcheurs est étroite et de faible longueur.

Elle est propulsée à l'aide de pagaies. On les trouve encore sur les plages et dans les ports des villages côtiers de Mayotte.

Démonstration de la fabrication d'une pirogue à balancier.Démonstration de la fabrication d'une pirogue à balancier.
Démonstration de la fabrication d'une pirogue à balancier.Démonstration de la fabrication d'une pirogue à balancier.
Démonstration de la fabrication d'une pirogue à balancier.Démonstration de la fabrication d'une pirogue à balancier.

Démonstration de la fabrication d'une pirogue à balancier.

La section de charpente marine du Lycée professionnel de Chirongui était présente et participait à la course.

Course de pirogues à Kani Kéli
Course de pirogues à Kani Kéli
Course de pirogues à Kani Kéli
Course de pirogues à Kani Kéli
Course de pirogues à Kani Kéli
Course de pirogues à Kani Kéli

Comme souvent à Mayotte les enfants étaient venus nombreux pour profiter du lagon.

Course de pirogues à Kani Kéli
Course de pirogues à Kani Kéli
Course de pirogues à Kani Kéli

Les ados ont aussi montré leur savoir-faire et pour le salto arrière ils sont champions.

Course de pirogues à Kani Kéli
Course de pirogues à Kani Kéli
Course de pirogues à Kani Kéli

Tout était prévu pour le pique-nique mais étrangement Christian n'a pas voulu rester !!!

On se demande bien pourquoi ???

Course de pirogues à Kani Kéli
Course de pirogues à Kani Kéli
Course de pirogues à Kani Kéli

L'arrivée des pirogues.

Course de pirogues à Kani Kéli
Course de pirogues à Kani Kéli
Course de pirogues à Kani Kéli
Course de pirogues à Kani Kéli

Le public.

Course de pirogues à Kani Kéli
Course de pirogues à Kani Kéli
Course de pirogues à Kani Kéli

Voir les commentaires

Publié le par M Christine
Publié dans : #culture traditions et patrimoine.

Samedi 18 octobre nous sommes allés à la 2ème édition du :

Festival du Geste à Chiconi.

Ce festival a pour objectif de promouvoir les métiers manuels, permettre aux artisans de faire découvrir leurs métiers, partager leur savoir-faire et aider les plus jeunes à s'insérer dans la vie professionnelle.

Festival du geste à Chiconi

Le festival s'est déroulé vers le front de mer de Chiconi avec une vue imprenable sur la baie. Pour ma maman qui se plaint de ne jamais m'apercevoir sur les photos !!!

 

Festival du geste à Chiconi
Festival du geste à ChiconiFestival du geste à Chiconi
Festival du geste à ChiconiFestival du geste à ChiconiFestival du geste à Chiconi

Les artisans étaient venus nombreux des quatre coins de l'île pour exposer leur savoir-faire.

La broderie.
La broderie.La broderie.

La broderie.

Le forgeron.Le forgeron.

Le forgeron.

La vannerie.La vannerie.
La vannerie.La vannerie.

La vannerie.

La poterie.La poterie.

La poterie.

L'orfèvrerie.

L'orfèvrerie.

Le menuisier et le maçon.Le menuisier et le maçon.

Le menuisier et le maçon.

Même le SMA de Mayotte (service militaire adapté  à Mayotte ) était représenté. Il a pour mission la réinsertion socioprofessionnelle de jeunes mahorais en situation d'échec scolaire.

Même le SMA de Mayotte (service militaire adapté à Mayotte ) était représenté. Il a pour mission la réinsertion socioprofessionnelle de jeunes mahorais en situation d'échec scolaire.

Sous un chapiteau des musiciens et des groupes folkloriques ont donné des représentations de chants et de danses traditionnels mahorais.

Festival du geste à Chiconi
Festival du geste à ChiconiFestival du geste à Chiconi

Les femmes mahoraises sont très coquettes et leurs costumes sont toujours très colorés. Pas seulement pour les fêtes.

Festival du geste à Chiconi
Festival du geste à Chiconi
Festival du geste à Chiconi
Festival du geste à Chiconi

Pour finir quelques photos du village de Chiconi.

Festival du geste à ChiconiFestival du geste à Chiconi
Festival du geste à ChiconiFestival du geste à Chiconi
Festival du geste à ChiconiFestival du geste à Chiconi
Et Christian en grande conversation avec un de ses élèves.Mayotte c'est petit et quelque soit l'endroit ou on se trouve on rencontre toujours quelqu"un que l'on connait.

Et Christian en grande conversation avec un de ses élèves.Mayotte c'est petit et quelque soit l'endroit ou on se trouve on rencontre toujours quelqu"un que l'on connait.

Voir les commentaires

Publié le par M Christine
Publié dans : #culture traditions et patrimoine.
Le musée du Sel
Le musée du Sel Le musée du Sel

Le musée du Sel

A l'occasion des journées du patrimoine, nous sommes allés visiter le Musée du Sel de Bandrélé. Une association a ouvert ce petit Musée du Sel afin de mettre en valeur le travail des mamas shingos (en dialecte mahorais) : les saunières ou "mamans du sel " .

La production du sel à partir du limon est une activité ancestrale transmise d'une génération à l'autre. Malheureusement il n'y a plus de production en grande quantité mais les rentrées d'argent servent à financer le fonctionnement du musée.

 

 

Les étapes de la production du sel :

 

Les femmes font des tas avec le limon chargé de sel après la marée..

Puis dans des grands bacs en métal qui servent de tamis , ells déposent le limon qu'elles recouvrent de sable de mer ramassé dans la mangrove .

Elles versent dessus de l'eau de mer qui est récupérée dans de grandes bassines : c'est la filtration

Elles obtiennent un liquide très concentré en sel.

Journée du patrimoine. Musée du Sel de Bandrélé.Journée du patrimoine. Musée du Sel de Bandrélé.
Journée du patrimoine. Musée du Sel de Bandrélé.Journée du patrimoine. Musée du Sel de Bandrélé.

Puis c'est l'étape de l'évaporation durant laquelle le liquide chauffe dans de grands bacs rectangulaires, régulièrement remué.

Le chauffage au bois peut durer de une demi journée à une journée.

Le liquide va s'évaporer peu à peu et ne laisser dans les bacs qu'un sel d'une grande blancheur.

Puis le sel est récupéré dans des sacs.

Journée du patrimoine. Musée du Sel de Bandrélé.
Journée du patrimoine. Musée du Sel de Bandrélé.
Journée du patrimoine. Musée du Sel de Bandrélé.

Ce sel est ensuite conditionné dans de petits sacs mis à la vente dans le musée.

A l'intérieur du musée se trouve aussi sur des panneaux pédagogiques, l'explication détaillée de tout ce processus.

Journée du patrimoine. Musée du Sel de Bandrélé.
Journée du patrimoine. Musée du Sel de Bandrélé.
Les mamas shingos.

Les mamas shingos.

L'exposition artisanale.

L'exposition artisanale.

Voir les commentaires

1 2 > >>