Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Allier à Mayotte

Allier à Mayotte

Vie quotidienne d'expatriés à Mayotte pour la famille et les amis.

Publié le par m christine
Publié dans : #Actualités Mayotte.

Aux futurs expats, à lire absolument, pour venir en connaissance de cause.

 

L'édito de Laurent Canavate du journal "Mayotte Hebdo".

C'est édifiant. La situation est grave  et on a vraiment l'impression d'être abandonné par l'Etat Français.

Quant à nous en l'espace de deux ans, nous avons vu la situation se dégrader. La tension est palpable sur l'île. Pourrons nous aller jusqu'au bout de ces quatre années que nous nous sommes fixées ?

 

 

Mayotte en danger

Edito. ce que j'en pense..... Mayotte menacée par les clandestins ?

Plus de 40 % de la population mahoraise est clandestine, soit bien plus de 120 000 personnes. Cela représenterait 26 millions de clandestins en France ! Quand certains s’y émeuvent avec quelques dizaines de milliers à Calais ou ailleurs…

Mayotte croule sous l’immigration clandestine. Il faut le dire, sans gêne, sans violence. Il faut replacer cette réalité au cœur de toutes les problématiques que connait Mayotte. C’est un poids lourd, excessivement lourd pour cette île en pleine évolution. Cette situation unique au monde met à mal le processus de départementalisation en cours et risque même de faire basculer Mayotte vers les Comores à court terme, sur un plan démographique d’abord.

Le système de santé est à l’agonie. On est passé de 8000 à près de 12 000 naissances par an, à 70 % le fait de femmes en situation irrégulière, sur une île de 374 km2 ! Et quasiment tous les moyens, insuffisants, sont consacrés aux maternités, au détriment de nombreuses spécialités, qui sont alors traitées à la Réunion, qui bénéficie pour cela de moyens conséquents.

L’éducation, qui pourrait nous donner un peu d’espoir pour demain, souffre aussi énormément. La situation est dramatique, le niveau s’effondre, la violence gangrène tout. Les classes, les établissements croulent sous le nombre. Les enseignants titulaires ont déserté l’île. Les enfants souffrent, dans des classes où arrivent régulièrement des enfants ne sachant pas parler français, déclarant avoir 12 ans quand ils en paraissent 17…

Mayotte est à l’agonie. Ses forêts, ses rivières, son lagon sont pillés, détruits par des implantations de milliers de familles. Tout l’avenir de l’île part en fumée… Tout espoir semble voué à disparaître, étouffé par ces dizaines de milliers d’habitants qui ne peuvent pas travailler légalement, qui doivent pourtant manger, se loger…

Dès que l’on commence à parler ainsi des clandestins, d’expulsions, des bien-pensants brandissent leur drapeau du racisme, de l’humanisme, de la fraternité… rapidement rejoints par des opposants à la présence française à Mayotte, qui veulent que la situation pourrissent. Ils accusent alors les Mahorais de racisme. Mais est-ce fraternel de laisser vivre ces gens dans de telles conditions de vie indignes ? Est-ce de l’humanisme, de la part des dirigeants comoriens, de les avoir mis dans une telle situation de détresse, de les maintenir dans l’ignorance et la misère, avec l’absence d’accès aux soins ?... Tout en pillant les quelques ressources de leur pays.

De plus, avec une démographie galopante - et faute de campagne de sensibilisation forte - ces clandestins sont en train de scier la branche sur laquelle ils se sont assis. L’éducation et la santé partent en vrille. C’est peut-être encore un peu mieux que chez eux, mais jusqu’à quand ?

Mayotte part en marche arrière, alors que l’on devrait aller de l’avant.

Les terrains disponibles pour des projets d’équipements publics sont en partie squattés et des quartiers entiers émergent régulièrement ici et là. Les ressources naturelles sont allègrement pillées, les tortues braconnées, le lagon vidé de son poisson, les champs sont dépouillés. L’économie embryonnaire est étouffée, à part l’alimentation et la téléphonie. Les équipements publics sont sur-utilisés. Les déchets s’entassent…

Les collectivités locales, étouffées par leur masse salariale sans commune mesure avec les services rendus, obligées de taxer et surtaxer la population qui travaille, ne peuvent pas faire face à cet afflux colossal.

Si l’île ne se libère pas de ce poids rapidement elle va couler, et terriblement à mon avis.

Les enfants ayant grandi dans la clandestinité deviennent des adultes. Pour manger, pour vivre, ils s’organisent, volent, agressent, dépouillent tous ceux qui passent à leur portée. Ils deviennent de plus en plus violents. Ils s’introduisent dans tous les bâtiments, défient les autorités. Et les cambriolages continueront sans cesse, décourageant les plus motivés d’entre nous.

Hommes, femmes et enfants vivent sous la menace quotidienne, dans la rue, sur la plage, chez eux. Chacun vit barricadé, comme en prison, de plus en plus dégouté par Mayotte. De plus en plus de Mahorais, de M’zungus, d’Indiens ou de Malgaches quittent cette île. Les forces vives s’affaiblissent, les investisseurs se font rares. Les jeunes mahorais diplômés n’essayent souvent même plus de revenir.

Si l’État, en s’appuyant sur les élus et la population, ne met pas les moyens adéquats pour lutter contre ce fléau, à la hauteur de la situation, si les kwassas ne sont pas interceptés en mer et reconduits avant d’accoster, Mayotte va dans le mur.

Si le ministère de l’Intérieur et le ministère de l’Outremer ne réagissent toujours pas, fortement, on va être en droit de se demander s’il n’y a pas une volonté de pourrir la situation sur l’île et de faire échouer le processus de la départementalisation !

Si les forces de l’ordre, avec l’armée, ne sont pas mobilisées rapidement pour nettoyer les bidonvilles qui encerclent Mamoudzou, Combani, Vahibé, Koungou ou la Vigie, on peut se poser quelques questions… Si c’est pour ne pas faire de vague, pour ne pas risquer une manifestation passagère, pour ne pas s’attirer les foudres de quelques associations ou pseudos bien-pensants, pour ne pas passer durant 1 minute sur BFM TV, on peut s’inquiéter pour le sort de Mayotte et de ses habitants.

Il serait temps, je pense, de réfléchir à moyen terme. Ces clandestins ont-ils vocation à rester clandestins à Mayotte ? Seront-ils naturalisés avec le temps, comme la loi le permet ? Resteront-ils ici, s’intégreront-ils ou partiront-ils immédiatement à la Réunion ou en Métropole ?

Des négociations de haut niveau, avec des dirigeants français, comoriens, et des Mahorais, pourraient-elles permettre à chacun de trouver son intérêt dans une résolution de cette situation qui ne peut plus durer ? L’État français a-t-il les moyens, l’envie de se pencher sur ce problème et le résoudre ?

Des réponses à ces questions dépend à mon avis une partie de l’avenir de Mayotte. Et il devient difficile de rester optimiste face à un tel dossier qui n’est même plus évoqué par nos dirigeants, alors que tout le travail en cours, les projets les plus ambitieux seront étouffés faute de solution rapide.

Laurent Canavate

Commenter cet article

JPFLO 01/05/2016 17:21

c'est édifiant votre article, mon compagnon et moi même avons accepté un poste à mayotte pour septembre, j'ai eu l'expérience de la réunion et découvrir mayotte son lagon & sa culture unique me tentait bien , personne n'en parle ni au ministère dont je dépend ( éduc) , ni aux infos.... que font les pouvoirs publics ? je suis un peu inquiète de cette insécurité et de cet immense pillage .... il faut éduquer et insérer les clandestins mais pas à n'importe quel prix
tenez moi au courant de l'évolution , merci et peut on faire quelque chose en métropole , ?

Florence 24/04/2016 19:04

Merci beaucoup de votre réactivité, je vais donc suivre ça de près avant de m'engager... surtout que dans la région poitou-charentes où je suis actuellement, c'est très bien, mais je ne sais pas si j'aurai le poste à la rentrée prochaine, je suis quand même très habituée à l'expatriation, Amérique du sud, Asie, et côté insécurité, je ne sais pas si c'est comparable, mais en métropole, il y en a pas mal aussi, en fonction des régions.... en vous remerciant, cordialement

Florence 24/04/2016 18:32

Bonjour et merci de votre témoignage, en effet, en métropole on ne parle pas de tout ça.... je suis en train de m'informer car en tant qu'enseignante contractuelle, je souhaitais postuler à Mayotte pour la rentrée 2016, j'ai vu qu'ils recrutent des contractuels pour le secondaire, mais à lire votre témoignage, cela ne donne pas très envie d'y aller, beaucoup trop d'insécurité apparemment... svp que me conseilleriez-vous ? De renoncer ? Je suis une femme seule alors je ne peux pas vivre dans l'insécurité quotidienne, si c'est le cas, je trouverai un poste en métropole... en vous remerciant, cordialement

m christine 24/04/2016 18:43

C'est vrai beaucoup d'insécurité à Mayotte. pas forcément facile pour une femme seule surtout du côté de Mamoudzou.
Lisez les forums, il y a beaucoup de témoignages mais les avis sont partagés. La situation s'est bien dégradée depuis notre arrivée (2 ans).
L'île est de moins en moins attractive et c'est vrai que le Vice Rectorat recrute des contractuels car les fonctionnaires sont de moins en moins nombreux à Postuler.
Renseignez vous bien avant de prendre votre décision;
Bon courage;