Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Allier à Mayotte

Allier à Mayotte

Vie quotidienne d'expatriés à Mayotte pour la famille et les amis.

Publié le par M Christne
Publié dans : #Actualités Mayotte.
« On veut de l’eau ! » Le cri de colère d’une habitante du sud

Une habitante du sud nous envoie ce cri de colère, de dépits, et décrit une situation qui ressemble à une scène de vie qui s’est figée. Plus d’école, plus de vie sociale, et des conditions d’hygiène qui se dégradent.

 

Nous sommes passés à Dembéni hier, au centre-est de l’île pour un reportage. Notre interlocutrice était malade, une forte fièvre, des diarrhées, « et pourtant, je n’utilise jamais l’eau du robinet. Même mon chat est malade, alors que je lui donne de l’eau en bouteille ! »

Les habitants subissent des coupures depuis mi-décembre, qui sont passées d’un jour, à deux jours sur trois. Une mission de la Sécurité civile est venue à Mayotte mi-janvier, sans résultat visible un mois et demi après.

Plus au sud, vers Sada, une habitante a écrit sa colère, et nous envoie un texte qui exprime ce que tous les habitants vivent au quotidien depuis 2 mois : pas d’eau pour tirer la chasse quand justement les diarrhées sont fréquentes, pas de lavage de main ensuite sans toucher des jerricans d’eau avec des mains salies, pas de garanties d’absence d’infection lorsqu’elle se coupe pour faire la vaisselle… Nous reproduisons intégralement son texte.

« Après le 6 février 2017
On ne veut pas entendre ce que nous propose la ministre
On ne veut pas !
Ce sont des solutions à long terme qui ne nous impactent pas actuellement
On veut entendre des solutions immédiates. Immédiates comme :

I) on veut de l’eau tout le temps
II) on veut pouvoir prendre une vraie douche tous les jours, une vraie
III) a la rigueur, on veut de l’eau un jour sur deux (voir plus bas, no 9)
IV) on veut entendre qu’on ne doit pas faire bouillir l’eau du robinet pendant 5 mn. on veut de la bonne eau. on est en France, pays développé, oui ou non !
V) on ne veut pas d’eau brunâtre
VI) on ne veut pas passer une heure tous les trois jours à remplir nos bidons d’eau… douteuse… parfois deux heures si on est une famille nombreuse
VII) on veut que l’eau revienne à l’heure prévue, pas une heure après
VIII) on ne veut pas devoir se faire vacciner conte l’hépatite ou la typhoïde… comme en Inde
IX) on ne veut pas que nos enfants soient malades
X) on veut savoir si cette eau est dangereuse pour les yeux
XI) on veut savoir si cette eau est dangereuse si on se coupe en faisant la cuisine
XII) on veut aussi que nos enfants aillent à l’école
XIII) on veut pouvoir recevoir nos amies le samedi et le dimanche. Peut-on le faire s’il n’y a pas d’eau ?
XIV) on veut que tout le monde participe à l’effort si celui-ci doit durer jusqu’au mois d’aout 2017 ????
XV) on veut que le nord soit traité comme le sud au nom du sacro-saint principe d’égalité (de la république, une et indivisible)
XVI) on veut entendre que le nord aussi, oui aussi, aura de l’eau un jour sur deux comme le sud… au nom du principe d’égalité et de fraternité de la république (encore une et indivisible)
XVII) on ne veut pas se sacrifier pour le nord
XVIII) on ne veut pas que cela continue jusqu’au mois d’aout
XIX) on ne veut pas que cette situation s’installe et que tout le monde considère cela comme normal ; la preuve, on n’en parle même plus au journal de Mayotte première (voir le mardi 21 février 2017)
XX) etc.

Comme dirait monsieur Zaman Soilihi, pour un pays développé, « c’est une honte »

Une citoyenne en colère. »

 

par Le Journal de Mayotte
le 24 février 2017 à 12:10

La retenue collinaire de Combani à 30,8% et celle de Dzoumogné est à 21,2%

 

robinet eau

8h57: Hier a eu lieu la 18 éme réunion du comité de suivi de la ressource en eau. Le point météorologique fait état de l’arrivée du flux de mousson depuis hier, ce qui provoque des pluies pour le moment très localisées. L’impact de ces précipitations sur les retenus collinaires de Combani et Dzoumogné reste à démontrer. En effet, le taux de remplissage de la retenue de Combani est de 30,8%. Le niveau de la retenue de Dzoumogné stagne quant à lui autour de 21,2%

La retenue collinaire de Combani. On en entend parler depuis des semaines. Alors, dimanche dernier nous sommes allés sur place pour nous rendre compte par nous même.

Et voilà les photos.

« On veut de l’eau ! » Le cri de colère d’une habitante du sud
« On veut de l’eau ! » Le cri de colère d’une habitante du sud
« On veut de l’eau ! » Le cri de colère d’une habitante du sud
« On veut de l’eau ! » Le cri de colère d’une habitante du sud
Le déversoir en cas de trop plein !!!

Le déversoir en cas de trop plein !!!

La retenue de Combani (sud) est à plus de 30%, celle de Dzoumogné (nord) est à 21%.

Alors questions ???

Pourquoi le sud subit-il des coupures et pas le nord ?

Pourquoi au nord continuent-ils à utiliser l'eau comme avant et que nous dans le sud nous devons subir des restrictions ?

Pourquoi le nord n'est-il pas solidaire du sud ?

Pourquoi le sud doit-il se sacrifier pour le nord ?

On en a marre !!!!!!!!!!!!!

 

Voir les commentaires

Publié le par M Christine
Publié dans : #Actualités Mayotte.
La crise de l'eau (suite et loin d'être terminé !)

Débrayage à Chirongui : Les enseignants du Lycée professionnel alertent sur les conditions d’accueil.

 
Les enseignants de la section d’enseignement professionnel de Chirongui ont débrayé une heure hier mercredi, pour alerter sur « les conditions d’accueil déplorables au sein de l’établissement ».

Dans un communiqué diffusé ce soir, les enseignants dénoncent une « situation exceptionnelle dans le sud de l’île, liée aux difficultés d’approvisionnement en eau », avec une forte dégradation des conditions d’hygiène et de sécurité.

« L’état des sanitaires n’est pas sans conséquence sur les problèmes d’hygiène et de santé des jeunes (pathologies induites, risques de transmission bactériologique, atteinte au bien-être des personnes…). La question des sanitaires concerne en effet la santé et la sécurité des élèves comme des personnels, mais aussi les règles de vie collective des citoyens dans des lieux publics.

Seulement deux toilettes sont ouvertes, dans un état de saleté affligeant, sans papier ni savon, des fermetures de portes cassées et avec des odeurs indignes d’un établissement accueillant du public », indiquent les enseignants.

Problèmes de surveillance, de nettoyage, bâtiments vétuste et hors norme… « Les personnels enseignants ont voulu dire ‘stop’ ». Si cette action était temporaire, les enseignants préviennent qu’un mouvement plus large pourrait débuter « si rien n’est fait ».

La CGT éduc’action demande au vice-rectorat d’entendre cette colère… et de ne pas se limiter à la livraison d’une cuve d’eau mais « d’avoir pour objectif la mise en place d’un environnement scolaire favorable à la santé ".

par Le Journal de Mayotte
le 10 février 2017 à 04:59

Crise hydrique :

Nous avons envoyé un message hier plus spécifiquement destiné aux établissements du sud. Le débrayage qui a eu lieu hier à la SEP de Chirongui prouve, s’il en était besoin que la situation de pénurie d’eau prend des proportions pour le moins préoccupante ! Cette section professionnelle se retrouve sans eau pendant plusieurs heures en début de journée en raison de citernes non remplies ce qui crée des problèmes d’hygiène, les toilettes ne fonctionnant plus normalement. De plus, les bouteilles d’eau ne sont plus fournies aux personnels. Cette situation est inacceptable et appelle une réponse forte de la part des collègues qui sont soumis à un tel traitement. Les leçons de morale d’un proviseur, dont le seul objectif est de poursuivre coûte que coûte les enseignements, quelles que soient les conditions, sont parfaitement déplacées.

Le SNES avait fait voter une délibération au CHSCT de novembre pour une visite de tout le site de Chirongui. Elle n’a jamais eu lieu alors que le vote de cette délibération a valeur contraignante. Nous y reviendrons au CHSCT prévu le 13 février avec l’objectif de trouver des aménagements des conditions de travail alors que vous êtes durement éprouvés par les coupures d’eau. Afin de préparer cette réunion du CHSCT, nous attendons d’autres réactions de votre part, voire des suggestions. Pour le moment, seul Chirongui a réagi.

http://www.mayotte.snes.edu/Crise-de-l-eau-tuberculose-et-action-du-SNES.html

Article du SNES (syndicat d'enseignants)

 

Mercredi matin, les enseignants de la SEP (section d'enseignement professionnel) de Chirongui ont arrêté le travail pendant 1 heure afin de dénoncer les conditions déplorables dans lesquelles ils travaillent avec 500 élèves et ce, depuis plus de 5 semaines.

Pour cet établissement pas de rampe de distribution de l'eau, uniquement deux citernes qui étaient pratiquement vides ce mercredi et 2 toilettes seulement pour 500 élèves dans un état déplorable, sans papier, sans savon et pas nettoyées.

Magnifique pour un établissement professionnel où les élèves manipulent la peinture, le ciment, le plâtre, le bois à  longueur  de journée. Comment font-ils pour se laver ?

La réponse du proviseur et de son adjointe  : AUCUNE.

Là on frise l'incompétence.

Merci à vous qui avez signé la pétition sur la pénurie d'eau à Mayotte.

Voir les commentaires

Publié le par M Christine
Publié dans : #Thaîlande et Cambodge

 

Après Sukhothaï, nous continuons à remonter dans le nord et la prochaine étape sera Chang Maï.

Nous reprenons le bus pour 6 heures environ. Le bus est correct et à l'heure.

 

Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
La pause pipi !!! C'est Mayotte en ce moment !La pause pipi !!! C'est Mayotte en ce moment !

La pause pipi !!! C'est Mayotte en ce moment !

Chiang Maï est la troisième ville de Thaïlande, elle compte 250 000 habitants mais plus d'un million dans la journée. Le trafic est donc assez dense mais tout de même rien à voir avec Bangkok. Chiang Maï est le noeud du tourisme nord-thaïlandais. Elle sert de camp de base pour l'organisation de treks dans la région .

 

 

La ville ne compte pas moins de 350 temples, il y en a à tous les coins de rue. Nous en avons visité un le Wat Phra Singh, l'un des plus important de la ville et proche de notre hôtel. Ce jour-là il pleuvait et il y avait un monde fou nous ne nous sommes donc pas attardés.

 

La façade du temple

La façade du temple

L'énorme boudha du VIII e siècle.

L'énorme boudha du VIII e siècle.

Les statues de moines en cire, on les croirait vivants !

Les statues de moines en cire, on les croirait vivants !

Les fidèles et leurs offrandes.
Les fidèles et leurs offrandes.

Les fidèles et leurs offrandes.

Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)Le Cambodge et la Thaïlande (fin)

 

Aller à Chiang Maï c'est aussi l'occasion d'aller voir des éléphants. Nous avons donc fait comme tout le monde, sauf qu'après les voyages en train et en bus, un peu spartiates, nous avions besoin d'un peu de confort. Nous nous sommes donc lachés et avons loué un 4X4 avec chauffeur et guide. Bref, le grand luxe !!!

Nous avons choisi l'Elephant Training Center Chiang Dao à environ 50 km de Chiang Maï. On se retrouve en peine nature presque dans la jungle!

Pour y accéder on passe sur une passerelle. Nous arrivons avant l'ouverture au public il n'y a donc encore personne.

Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Les éléphants adorent les bananes

Les éléphants adorent les bananes

L'éléphant est l'animal thaïlandais respecté et aimé de tous. On en compte environ 4000 dans le pays, dont un peu moins de la moitié vit à l'état sauvage.

Nous assistons au bain des éléphants, rituel qui se répète chaque matin.

Chaque éléphant a son soigneur attitré et ne s'en sépare jamais.

Le Cambodge et la Thaïlande (fin)Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)Le Cambodge et la Thaïlande (fin)

Très agiles,  les soigneurs les brossent et les arrosent à l'aide de leur petit panier.

Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)

Après le bain , une démonstration du travail de force que peuvent effectuer les éléphanst et c'est assez impressionnant.

Avec sa trompe l'éléphant peut transporter jusqu'à 800 kg.

Là, il transporte une bille de bois et va la déposer sur le tas avec beaucoup de précision. Ils sont aussi capables de travailler ensemble pour effectuer une tâche.

Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)Le Cambodge et la Thaïlande (fin)

Un éléphant qui peint. Incroyable ! La trompe de l'éléphant est pourvue de dizaines de muscles c'est un organe très inervé, donc très sensible.

La trompe lui permet de se nourrir, de boire et de communiquer avec ses compagnons .Elle lui permet aussi de donner des coups mortels. C'est donc un organe vital. Un éléphant qui perd sa trompe suite à  une morsure de crocodile par exemple, meurt.

Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
La récompense : une banane

La récompense : une banane

Le Cambodge et la Thaïlande (fin)

Nous enchaînons par une balade à dos d'éléphant en partie sur la rivière. Un grand moment. Le terrain était accidenté et valait mieux bien s'accrocher pour ne pas basculer, c'était vraiment magique !

Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)

 

Puis nous terminons par la descente de la rivière en radeau. Deux heures de descente environ.

Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)Le Cambodge et la Thaïlande (fin)

Un arrêt à la ferme des papillons et ds orchidées.

Les orchidées sont des plantes épiphytes, vivant sur un support végétal ou minéral, sans le parasiter. La plupart des 25 000 espèces poussent sans terre comme on peut le voir sur les photos. 470 espèces sont présentes dans la région de Chiang Maï.

 

Quelques photos pour Aexia !

 

Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)Le Cambodge et la Thaïlande (fin)

Chiang Maï est le plus grand centre de production artisanale de la Thaïlande.

90% de tout l'artisanat produit dans le pays est réalisé à Chiang Maï .Une grande partie de cette production provient d'ateliers ou de petites manufactures situés à Borsang ou Sankampaeng, à quelques kilomètres de Chiang Maï. Nous avons donc pris le tuk-tuk pour nous y rendre.

 

A Borsang, nous avons visité un atelier consacré à la fabrication et à la décoration des ombrelles. très beau !

Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)Le Cambodge et la Thaïlande (fin)

En fait, elles sont capables de peindre sur tous les supports. Casquettes, coques de téléphone, sac à main, appareil photos , vêtements ...

Pour 50 baths, une femme a réalisé ce motif de papillons sur mon appareil photos.

Soit environ 1 euro !

Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)

Quelques photos de la ville de Chiang Maï.

Cliquer sur la flêche pour faire défiler.

Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)

 Une rencontre inattendue : Elsa et Mona, deux anciennes  de Mayotte, rencontrées par hazard dans notre hôtel. Le monde est vraiment petit !

Le Cambodge et la Thaïlande (fin)

 

Nous quittons Chang Maï pour notre dernière étape : Chiang Raï.

Viile sans grand intérêt, elle sert uniquement de point de départ vers la région mythique du Triangle d'or.

Nous prenons un bus, bien confortable, mais une vraie glaciaire. Impossible de faire baisser cette fichue clim !!!

Le Cambodge et la Thaïlande (fin)

 

La gare de Chiang Raï : spartiate et sous la pluie. Nous avons eu 20 degrés à Chiang Raï et un peu plus, nous avions froid. Heureusement ça n'a pas duré.

Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)

 

Nous avons visité le Wat Rong Khun ou le Temple Blanc.

J'avoue qu'en voyant ce temple on reste sans voix ! Une construction hallucinanet, très quitsch.

Le temple d'un blanc éblouissant symbolise la pureté du Boudhisme. Il est entièrement tapissé de morceaux de miroirs, suggérant la réflexion de l'illumination. Ce temple a été construit par le peintre-sculpteur ( illuminé !!!) Ajarn Chalermchai Kositpipat.

 

Pour y pénétrer on doit passer entre deux crocs géants et avancer sur un petit pont suplombant un espace ou grouillent des créatures des enfers tendant leurs mains vers le ciel. Mais ce jour-là l'accès était interdit.

Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)Le Cambodge et la Thaïlande (fin)

Les offrandes des fidèles.

Le Cambodge et la Thaïlande (fin)Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)

 

Après le Temple Banc le Baandam Museum ou Black House. Une antithèse du Temple Blanc.

Une immense maison noire ressemblant à un temple entourée d'une trentaine de structures plus petites. Et pas du tout gratuit comme le dit le Routard !

L'artiste se nomme Thawan Duchanee. A l'intérieur des tas d'objets confectionnés par l'artiste à l'aide de squelettes d'animaux ou de corps de poissons.

Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)

De Chiang Raï il est possible de faire des excursions pour aller à la découverte des tribus montagnardes. Nous ne l'avons pas fait.

Nous nous sommes contentés d'un village tribal à la sortie de Chiang Raï géré par une association. Dans ce village se trouve un concentré des principales minorités thaîlandaises. Les femmes sont en costume traditionnel et elles tissent. Elles parlent facilement.

Elles vendent des écharpes , des bijoux, des sacs ...

A différents endroits il y a des urnes ou chacun peut déposer son obole pour aider le village.

Pour ce qui est du concept, on aime ou on n'aime pas.

Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)Le Cambodge et la Thaïlande (fin)

Les femmes-girafes ( Padong ou Kayan en thaï ) vivent principalement dans la région de Mae Hong Son. Elles portent au cou de nombreux anneaux spiralés en cuivre (20 à 25 ). Elles perpétuent cette tradition depuis plusieurs siècles. L'origine de ces anneaux est assez méconnue : pour certains , ils auraient servis à se protéger des dents du tigre !

Entre 5 et 9 ans on passe le premier anneau  sur le cou de la petite fille.

Le cou ne peut supporter plus de 28 anneaux, soit une trentaine de centimètres et quinze kg environ.

Le collier n'étire pas le cou, contrairement à ce que l'on pourrait croire mais entraîne un affaissement des clavicules. Elles le retirent sans problème.

J'ai testé et je n'ai pas trouvé cela très confortable.

 

Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)

 

 

Nous poursuivons par une balade en direction du Triangle d'Or ou la "région des trois frontières ".

C'est à cet endroit que l'on peut embrasser d'un même regard la Thaïlande, le Laos et la Birmanie. Pourquoi Triangle d'Or ? tout simplement à cause d'une certaine poudre blanche. Longtemps une grande partie de l'opium illicite consommé dans le monde est venu de ce fameux triangle.

Aujourd'hui sa culture a quasiment été éradiquée en Thaïlande depuis que le gouvernement a durci sa politique envers les trafiquants tout en favorisant le développement de cultures de substitution

 

C'est au confluent de la rivière Mae Nam Ruak et du Mékong qu'on peut observer ces trois pays.

Myanmar est le nouveau nom de la Birmanie.

Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)

 

Pour notre dernière journée à Chang Raï nous avons visité une plantation de thé.

Un endroit qui vaut le détour rien que pour la vue à 360° qu'offre la plantation. Une belle découverte dans un environnement montagneux au loin. Laplantation est très bien entretenue. Il y a aussi un endroit pour se restaurer et goûter le thé tout en admirant les ondulations des plants de thé sur un très beau dégradé de verts.

Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)

 

Le restaurant et la boutique d'où l'on a une vue à  360° sur toute la plantation. Le bâtiment un peu futuriste est bien intégré dans son environnement.

Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
Le Cambodge et la Thaïlande (fin)
La boutiqueLa boutique
La boutique

La boutique

Voilà pour notre voyage en Thaïlande.

Voir les commentaires

Publié le par M christine
Publié dans : #Thaîlande et Cambodge
Le Cambogge et la Thaïlande (3)

Notre circuit en Thaïlande. Nous avons pris le train et le bus pour les longs déplacements.

Après le Cambodge, direction la Thaïlande. Nous prenons l'avion à Phnom Penh pour Bangkok, la capitale de la Thaïlande.

Bangkok, 8,3 millions d'habitants soit 10% de la population du pays et 7 millions de voiture. Bref, l'enfer !!!

On aime ou on aime pas. Nous ce n'est pas notre tasse de thé.

Bangkok est une ville champignon, grouillante, bruyante, polluante,  encombrée par les voitures, sans oublier les odeurs. La ville regroupe aussi bien des quarties d'affaires aux gratte-ciels flambants neufs que des bidonvilles.

Les autoroutes urbaines suspendues au-dessus des immeubles, les gratte-ciels et les centres commerciaux gigantesques voisinent avec les marchands ambulants, les marchés et les thaïs qui mangent sur les trottoirs à même le sol.

 

 

Le Cambogge et la Thaïlande (3)
Le MhaNakhon 314 m

Le MhaNakhon 314 m

Le Cambogge et la Thaïlande (3)
Le Cambogge et la Thaïlande (3)
Le Cambogge et la Thaïlande (3)
Le Cambogge et la Thaïlande (3)Le Cambogge et la Thaïlande (3)

Les tuk-tuk, à éviter à Bangkok, on se fait systématiquement arnaquer. Prendre de préférence le taxi-meter, mais bien vérifier que le compteur fonctionne.

Le Cambogge et la Thaïlande (3)Le Cambogge et la Thaïlande (3)

Nous avons fait une balade sur les Khlong. Les Khlong sont des canaux qui sillonnent la partie ouest de Bangkok et qui permettent de découvrir la ville sous un autre angle, loin de l'agitation urbaine. C'est une sorte de labyrinthe aquatique composé de vieilles maisons sur pilotis, de temples, de petits commerces, bref toute une vie flottante sur l'eau. Pour celà il suffit de louer un bateau à longue queue. La balade dure 1h30.

 

Le départ du ponton.

Le départ du ponton.

Le bateau à longue queue avec sa jolie décoration florale.
Le bateau à longue queue avec sa jolie décoration florale.Le bateau à longue queue avec sa jolie décoration florale.

Le bateau à longue queue avec sa jolie décoration florale.

Et ça avance drôlement, ce genre de bateau !
Et ça avance drôlement, ce genre de bateau !
Et ça avance drôlement, ce genre de bateau !

Et ça avance drôlement, ce genre de bateau !

Le passage d'une écluse entre la rivière et les Khlong.Le passage d'une écluse entre la rivière et les Khlong.
Le passage d'une écluse entre la rivière et les Khlong.Le passage d'une écluse entre la rivière et les Khlong.

Le passage d'une écluse entre la rivière et les Khlong.

Le Cambogge et la Thaïlande (3)
Le Cambogge et la Thaïlande (3)
Le Cambogge et la Thaïlande (3)
Le Cambogge et la Thaïlande (3)
Le Cambogge et la Thaïlande (3)
Le Cambogge et la Thaïlande (3)
Le Cambogge et la Thaïlande (3)
Le Cambogge et la Thaïlande (3)
Le Cambogge et la Thaïlande (3)
Le Cambogge et la Thaïlande (3)
Le Cambogge et la Thaïlande (3)
Le Cambogge et la Thaïlande (3)
Le Cambogge et la Thaïlande (3)
Le Cambogge et la Thaïlande (3)
Le Cambogge et la Thaïlande (3)

Cliquer sur l'image ou sur la flèche pour faire défiler les photos.

Après les Khlong nous avons visité la maison de Jim Thompson.

J Thompson est un américain qui au début de la seconde guerre mondiale a quitté sa vie d'architecte à New York pour s'engager dans les services de renseignements militaires.  Il est envoyé en Thaïlande en mission et un an plus tard, il quitte l'armée et décide de s'y établir.

Il deviendra célèbre avec la construction de sa maison de six bâtiments en teck, tous représentatifs des meilleurs styles de l'architecture traditionnelle thaïlandaise.

En fait, ces maisons ont souvent plus de deux cents ans et ont été démontées dans leur région d'origine et reconstruites en peine ville.

Le Cambogge et la Thaïlande (3)Le Cambogge et la Thaïlande (3)
Une partie de la maison

Une partie de la maison

Notre guide

Notre guide

La maison dans son magnifique jardin luxuriant.La maison dans son magnifique jardin luxuriant.
La maison dans son magnifique jardin luxuriant.La maison dans son magnifique jardin luxuriant.

La maison dans son magnifique jardin luxuriant.

L'intérieur de la maison.
L'intérieur de la maison.

L'intérieur de la maison.

J Thompson relança aussi l'industrie de la soie en Thaïlande, en créant la Thaï Silk Compagny, la fit connaitre à New York et fit fortune.

Le Cambogge et la Thaïlande (3)
Le Cambogge et la Thaïlande (3)Le Cambogge et la Thaïlande (3)

 

 

 

 

 Puis une petite visite à Chinatown, une ville dans la ville, un entassement de boutiques.  Bref,tout ce que Christian aime !!!

Il y avait tellement de monde que pendant 15 mn nous sommes restés sur place sans pouvoir ni avancer, ni reculer !

Le Cambogge et la Thaïlande (3)Le Cambogge et la Thaïlande (3)
Le Cambogge et la Thaïlande (3)Le Cambogge et la Thaïlande (3)
Le Cambogge et la Thaïlande (3)Le Cambogge et la Thaïlande (3)

Un temple dans Chinatown.

Le Cambogge et la Thaïlande (3)
Le Cambogge et la Thaïlande (3)
Le Cambogge et la Thaïlande (3)

Le  Lumphini Park, un endroit agréable pour oublier le tumulte de la ville.

L'entée du parc.
L'entée du parc.
L'entée du parc.

L'entée du parc.

Le Cambogge et la Thaïlande (3)
Le Cambogge et la Thaïlande (3)Le Cambogge et la Thaïlande (3)

Après ces deux journées à Bangkok, nous prenons le train pour Ayutthaya à 80 km de Bangkok.

La gare de Hua Lamphong. Environ une vingtaine de trains par jour pour Ayutthaya. Pas besoin de réserver. La gare est très grande et les trains plutôt vétustes. Les passagers s'entassent dans le train tant qu'ils le peuvent.

 

Le Cambogge et la Thaïlande (3)Le Cambogge et la Thaïlande (3)
Le Cambogge et la Thaïlande (3)Le Cambogge et la Thaïlande (3)

Ayutthaya fut la capitale de la Thaïlande pendant plus de 400 ans, de 1350 à 1376, date à laquelle elle fut saccagée par l'armée birmane.

Le ville ne comptait pas moins de 400 temples. Le parc historique est assez étendu avec de très larges avenues. Nous avons visité ce qu'il reste de ces temples, rien à voir avec Angkor, beaucoup moins spectaculaire;

Quelques photos des temples.

Le Cambogge et la Thaïlande (3)
Le Cambogge et la Thaïlande (3)
Le Cambogge et la Thaïlande (3)
Le Cambogge et la Thaïlande (3)
Le Cambogge et la Thaïlande (3)

De notre hôtel pour se rendre à la gare, il suffit de prendre un bateau navette, juste pour traverser la rivière. La traversée dure quelques minutes.

Le Cambogge et la Thaïlande (3)
Le Cambogge et la Thaïlande (3)

Le quai pour accoster sur l'autre rive.

Le Cambogge et la Thaïlande (3)
5 baths pour l'aller retour soit moins de 25 centimes d'euro.
5 baths pour l'aller retour soit moins de 25 centimes d'euro.

5 baths pour l'aller retour soit moins de 25 centimes d'euro.

Un petit bateau qui tire ces énormes barges de marchandises.  Impressionnant !

Le Cambogge et la Thaïlande (3)
Le Cambogge et la Thaïlande (3)
Le Cambogge et la Thaïlande (3)
Le Cambogge et la Thaïlande (3)

Les tuk-tuk d'Ayutthaya. Prendre le bateau navette évite de louer un tuk-tuk qui sont beaucoup plus chers ! Bon plan pour les voyageurs mais encore faut-il trouver le quai d'embarquement car pas grand chose de signaler.

Le Cambogge et la Thaïlande (3)
Le Cambogge et la Thaïlande (3)
Le Cambogge et la Thaïlande (3)

La gare d'Ayutthaya; En Thaïlande on ne se prend pas la tête avec les mesures de sécurité !!!

Il suffit de voir le nombre de personnes qui traversent les voies sans aucun problème !

Le Cambogge et la Thaïlande (3)
Le Cambogge et la Thaïlande (3)
Le Cambogge et la Thaïlande (3)
Le Cambogge et la Thaïlande (3)
Le Cambogge et la Thaïlande (3)

Les touristes sont très souvent pris en photo par les policiers lorsqu'ils voyagent en train ou en bus et ce fut notre cas à plusieurs reprises.

Le Cambogge et la Thaïlande (3)

En Thaïlande tous les élèves portent un uniforme.

Le Cambogge et la Thaïlande (3)

Nous prenons ensuite la direction de Sukhothaï, en train. Cette fois, nous avions réservé nos places car il y en avait pour 6 heures de trajet. Le train venant de Bangkok était bondé et nous avons du déloger les thaïs qui occupaient nos places. (en Thaïlande seuls les touristes réservent leurs places). Je ne me voyais pas voyager 6 h debout, dans un train bondé, il y en avait partout, dans l'allée centrale, dans les sas entre les wagons. Les banquettes étaient en bois recouvertes d'une fine pellicule de sky. Le grand confort !

Arrivés à Phitsanulok nous prenons un bus car le chemin de fer ne va pas plus loin. Encore une heure et demi de bus pour arriver à Sukhothaï.

Le Cambogge et la Thaïlande (3)
Le Cambogge et la Thaïlande (3)

Autant nous avons détesté Ayutthaya, autant nous avons adoré Sukhothaï.

La ville d'Ayutthaya est laide, sans aucun cachet avec des meutes de chiens errants partout. Notre guesthouse  ne cassait pas trois pattes à un canard (Tony's place B&B ), un patron blasé, une eau de piscine douteuse et beaucoup de bruit la nuit. Bref à éviter !

Par contre Sukhothaï , un vrai petit paradis. Je parle évidemment de l'ancienne ville, car la nouvelle n'a aucun intérêt. La vieille ville est celle qui se trouve à proximité des vestiges de la première  ville du Siam.

On y trouve un ensemble de temples disséminés dans une vallée avec des mares de nénuphars et des collines boisées.

C'est l'un des plus beaux sites archéologiques de Thaïlande, d'après le Routard et je confirme.

Sukhothaï signifierait "aube" ou "naissance du bonheur"

Le plan du site archéologique.

Le plan du site archéologique.

Cernée de remparts en latérite, la vieille ville mesur 1,8 km de long sur 1,5 km de large. Au centre de l'enceinte se trouve le site principal qui est clôturé.

 

La billetterie : nous avons eu de la chance tout était gratuit ce jour-là mais nous n'avons toujours pas compris pour quelle raison. Il y avait un anniversaire, mais lequel ?

Le Cambogge et la Thaïlande (3)
Le Cambogge et la Thaïlande (3)

Le plus simple pour visiter le site est de louer un vélo. Avec mon bras ce n'était pas possible, nous avons donc marché et loué un tuk-tuk pour les plus longues distances.  C'était vraiment super !

 

 

Le Wat Mahathat. L'édifice le plus imposant du parc.

Le Cambogge et la Thaïlande (3)
Le Cambogge et la Thaïlande (3)
Le Cambogge et la Thaïlande (3)
Le Cambogge et la Thaïlande (3)

L'imposante esplanade avec ses rangées de colonnes.

Le Cambogge et la Thaïlande (3)

Les deux boudhas prisonniers de leur gangue de briques.

Le Cambogge et la Thaïlande (3)
Le Cambogge et la Thaïlande (3)
Le Cambogge et la Thaïlande (3)
Le Cambogge et la Thaïlande (3)
Le Cambogge et la Thaïlande (3)

 

 

Le Wat Sri Sawai qui rappelle Angkor.

Le Cambogge et la Thaïlande (3)Le Cambogge et la Thaïlande (3)
Le Cambogge et la Thaïlande (3)Le Cambogge et la Thaïlande (3)

 

 

 

Le Wat Sa Si : petite île qu'on atteint par une passerelle, entouré d'un charmant petit lac.

Le Cambogge et la Thaïlande (3)Le Cambogge et la Thaïlande (3)
Le Cambogge et la Thaïlande (3)Le Cambogge et la Thaïlande (3)

 

 

Râma Kamheng fut le grand monarque de la dynastie de Sukhothaï, régnant de 1275 à 1317.

Chaque roi légendaire a sa manière de rendre justice. Râma Kamheng, lui, se faisait sonner les cloches. Il avait fait installer des cloches à l'une des portes de la ville et les habitants en cas de conflit pouvaient la faire sonner.  Le roi venait en personne règler le différend.

Le Cambogge et la Thaïlande (3)Le Cambogge et la Thaïlande (3)
Le Cambogge et la Thaïlande (3)

 

 

Hors de l'enceinte le Wat Sri Chum, un bâtiment imposant dont l'entrée en forme d'échancrure laisse entrevoir un immense Boudha  de plus de 14 m de haut. Extraordinaire !!!

Il est vraiment gigantesque !
Il est vraiment gigantesque !
Il est vraiment gigantesque !

Il est vraiment gigantesque !

Et nous , on est vraiment tout petit !

Et nous , on est vraiment tout petit !

 

 

Le Wat Chang Lom, intéressant pour ses cariatides d'éléphants autour du socle, censés porter sur leur dos la voûte céleste.

Le Cambogge et la Thaïlande (3)
Le Cambogge et la Thaïlande (3)
Le Cambogge et la Thaïlande (3)

 

Pour terminer avec le site historique , une photo du son et lumière auquel nous avons assisté.

Vraiment magnifique mais  plus de batterie !

 

 

Notre guesthouse : Thaï Thaï Sukhotaï Guesthouse, dans le vieux Sukhothaï , proche du centre historique. Je l'ai trouvée sur Booking. Vous pouvez y aller les yeux fermés. Le meilleur accueil que nous ayons eu en Thaïlande. De très belles chambres et une piscine magnifique.

L'accueil
L'accueilL'accueil

L'accueil

La chambreLa chambre

La chambre

La piscine

La piscine

 

 

Nous sommes aussi partis en tuk-tuk à la découverte de la campagne environnante, afin de sortir un peu des sentiers battus.

Les rizières
Les rizières

Les rizières

Les villages.
Les villages.
Les villages.
Les villages.
Les villages.
Les villages.
Les villages.

Les villages.

L'architecture locale.
L'architecture locale.L'architecture locale.
L'architecture locale.L'architecture locale.

L'architecture locale.

Le Cambogge et la Thaïlande (3)
Le Cambogge et la Thaïlande (3)Le Cambogge et la Thaïlande (3)
Un four pour faire du charbon de bois.

Un four pour faire du charbon de bois.

Les marchands ambulants
Les marchands ambulants

Les marchands ambulants

Voilà un petit aperçu de notre séjour à Sukhothaï.

La suite du voyage au prochain article.

Voir les commentaires

Publié le par M Christine
Publié dans : #Actualités Mayotte.

CRISE DE L'EAU : POUR QUE MAYOTTE SE FASSE ENTENDRE !

2 mois, voilà 2 mois que l'île de Mayotte, département FRANÇAIS, subit des coupures d'eau.

Les habitants du sud de l'île ne disposent de cette ressource, pourtant vitale, qu'un jour sur trois, et encore, celle-ci n'est pas potable. La faute à une saison des pluies qui n'arrive pas, mais aussi au manque d'anticipation des pouvoirs publics.

Quel département accepterait cet état de faits ? Quelle région subirait cette situation sans qu'un responsable du gouvernement ait un mot pour ses habitants ? Que les médias de tout bord, presse, internet, radio, télé, ne relayent l'information jusqu'à une résolution de la crise ?

Mayotte est l'éternelle oubliée, mais face cette pénurie qui concernera bientôt l'île entière, et qui si elle se poursuit peut entraîner une crise sanitaire, nous demandons au Président de la République de se faire officiellement l'écho de cette crise et d'exiger des solutions concrètes et rapides de l'administration locale.

Cette pétition sera remise à:


De l'eau POUR MAYOTTE a lancé cette pétition avec seulement une signature au départ et il y a maintenant 1 415 signataires. Lancez votre pétition pour créer le changement que vous souhaitez voir.


 

Bonjour,

Je viens de signer la pétition, « François Hollande: CRISE DE L'EAU : POUR QUE MAYOTTE SE FASSE ENTENDRE ! ».

Je pense que c'est important. Souhaiteriez-vous signer à votre tour?

Voici le lien:

https://www.change.org/p/fran%C3%A7ois-hollande-crise-de-l-eau-pour-que-mayotte-se-fasse-entendre

Merci,

Marie Christine

Voir les commentaires