Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Allier à Mayotte

Allier à Mayotte

Vie quotidienne d'expatriés à Mayotte pour la famille et les amis.

Publié le par M Christine
Publié dans : #culture traditions et patrimoine.
Journées du patrimoine 2015.
Journées du patrimoine 2015.

Le mot du Maire de Chirongui, Madame Hanima Ibrahima, qui est d'ailleurs une femme très dynamique pour sa commune.

Le développement rapide de notre île implique qu'une attention particulière soit portée à notre patrimoine. Qu'il soit culturel, naturel ou historique, sa protection est indispensable si nous voulons conserver notre identité.

Les journées du patrimoine engagent à Chirongui, une démarche de long terme qui permettra de mieux connaître cette culture pour mieux la préserver et la valoriser. Je souhaite à toutes et à tous de belles découvertes à l'occasion de ces journées du patrimoine.

 

Sur le prospectus le rendez-vous était donné à 8h dans le village.

Comme à notre habitude, nous étions à l'heure, même en avance, sauf que nous avions oublié que nous étions à Mayotte. Il y avait une erreur sur l'horaire, c'était 8h45 et  nous avons démarré à 9h bien sonné.

Et le lieu de rendez-vous n'était pas précisé (c'était la mairie) et quand j'ai téléphoné la veille, le  répondeur indiquait "je suis en vacances jusqu'au 21 .... " Normal, on est à Mayotte !!!

Pas grave, ça s'est fait tout de même.

 

Nous sommes donc partis de la mairie sur le SITE du TANIMALANDI.

Un groupe d'enfant nous accompagnait. Et pour une fois, les Mahorais étaient plus nombreux que les Mzungu.

Le départ de la mairie de Chirongui.
Le départ de la mairie de Chirongui.
Le départ de la mairie de Chirongui.

Le départ de la mairie de Chirongui.

 

 

Mais à Mayotte tout se mérite. Nous avons donc marché dans la brousse pour atteindre la Mroni Mami " ce qui veut dire la rivière sucrée ...

Journées du patrimoine 2015.Journées du patrimoine 2015.
Journées du patrimoine 2015.

 

 

Et là, surprise , un trou d'eau, avec une eau laiteuse qui ne donne pas envie de la boire !

Alors quelques explications sur la Mroni Mami : à Chirongui, lorsqu'un homme se marie, sa femme va puiser l'eau de la rivière afin de la lui faire boire (pas pour l'empoisonner, quoi que !!!) mais pour le rendre fidèle. C'est parait-il un filtre d'amour !

Alors j'ai demandé à la jeune femme qui nous accompagnait " Il y a des mahorais infidèles  ? " Réponse : ils sont tous infidèles !!!

 

Notre guide
Notre guide

Notre guide

 

 

Puis nous avons poursuivi notre visite jusqu'au Tanimalandi qui veut dire la pierre blanche.

Il s'agit en fait d'argile blanche ( kaolin ). Les mahorais l'utilisent beaucoup et c'est le seul endroit de l'île ou on peut en trouver.

Ils l'utilisent pour les maux d'estomacs, les nausées des femmes enceintes, les masques de beauté, le traçage au sol etc ...

 

 

 

Journées du patrimoine 2015.
Journées du patrimoine 2015.
Journées du patrimoine 2015.

 

 

Puis nous avons terminé au Mjini Shirongui et là il faut beaucoup d'imagination pour comprendre qu'à cet endroit se situe le site de l'ancien village de Chirongui. On ne voit rien, sauf quelques cailloux, tout est enfoui sous la végétation. L'endroit vient juste d'être découvert;

Le village se serait installé à cet endroit , sur les hauteurs, pour se protéger des malgaches.

La pierre retrouvée est en fait du  corail qui servait à la construction des maisons.

Voilà c'est là !
Voilà c'est là !

Voilà c'est là !

 

 

Et voici les vestiges d'une tombe. D'après les ancêtres une très grave maladie appelée 

" pélimbé " se serait abattue sur la population (la variole ) et les malades auraient été tenus en quarantaine et enterrés à cet endroit.

Cela pourrait aussi expliquer la présence du village sur les hauteurs de Chirongui.

Journées du patrimoine 2015.

 

 

Quelques photos du paysage.

Le village de Chirongui
Le village de Chirongui
Le village de Chirongui

Le village de Chirongui

Jamais sans le chombo.Jamais sans le chombo.

Jamais sans le chombo.

Une mahoraise croisée dans la brousse. On est jamais seul dans la brousse !
Une mahoraise croisée dans la brousse. On est jamais seul dans la brousse !

Une mahoraise croisée dans la brousse. On est jamais seul dans la brousse !

 

Direction Miréréni sur le site de l'usine sucrière.

En 1846 les concessions sucrières se sont développées sur l'île grâce aux travailleurs provenant de tous les coins de l'océan Indien et en particulier des Comores.

D'après les témoignages recueillis, l'usine aurait été créée par un certain Michel, son fils François en ayant hérité à sa mort.Actuellement l'usine est la propriété de la famille Abdallah.

L'usine produisait du sucre brut qui était ensuite transporté par bateau en métropole.

Pour cette journée le site a été nettoyé et à Mayotte pour nettoyer , on brûle !

L'entrée du site.L'entrée du site.

L'entrée du site.

Les vestigesLes vestiges
Les vestigesLes vestiges

Les vestiges

La cheminée prisonnière d'un magnifique ficus étrangleur.
La cheminée prisonnière d'un magnifique ficus étrangleur.

La cheminée prisonnière d'un magnifique ficus étrangleur.

Le nettoyage par la feu. Efficace !!!Le nettoyage par la feu. Efficace !!!

Le nettoyage par la feu. Efficace !!!

 

 

Pour terminer cette partie de la visite quelques danses mahoraises.

Journées du patrimoine 2015.Journées du patrimoine 2015.
Journées du patrimoine 2015.

 

 

La jeunesse mahoraise .

Journées du patrimoine 2015.Journées du patrimoine 2015.
Journées du patrimoine 2015.Journées du patrimoine 2015.
Journées du patrimoine 2015.Journées du patrimoine 2015.

 

Pour terminer la journée, direction le village de Poroani afin de visiter la mosquée d'Antanabé qui est le seul témoignage de l'existence de l'ancien village de Poroani qui a été abandonné dans les années 1980 à cause de la montée des eaux.

 

 

Notre arrivée en bus, ça aussi c'est une grande première à Chirongui. Un bus prenait les habitants dans les villages pour les déposer sur les différents sites.

L'arrivée en bus.L'arrivée en bus.

L'arrivée en bus.

La mosquée d'Antanabé.La mosquée d'Antanabé.

La mosquée d'Antanabé.

Les barques et la mangrove.
Les barques et la mangrove.

Les barques et la mangrove.

Voilà c'était la journée du patrimoine à Chirongui.

Voir les commentaires

Publié le par M Christine
Publié dans : #vie quotidienne
Le salon du tourisme et des loisirs.

Samedi dernier nous sommes allés au salon du tourisme à Mayotte.

La 4ème édition du Salon du Tourisme et des Loisirs de Mayotte , sur le théme du « tourisme vert » a accueilli 22 000 visiteurs pour 10 000 visiteurs en 2014.

102 exposants étaient présents pour représenter le tourisme de Mayotte.

Le salon du tourisme et des loisirs.
Le salon du tourisme et des loisirs.

 

 

 

Les produits locaux.

Le salon du tourisme et des loisirs.
Le salon du tourisme et des loisirs.Le salon du tourisme et des loisirs.

 

 

Les Naturalistes de Mayotte.

Créée en 1999, l’Association des Naturalistes, Environnement et Patrimoine de Mayotte, a pour but de faire connaître et protéger le patrimoine naturel et culturel de Mayotte, d’encourager et de développer toutes les recherches visant à mieux faire connaître et à mettre en valeur ces différents domaines.

Les Naturalistes proposent aussi différentes sorties sur l'île et son lagon, nous y avons d'ailleurs très souvent participées.

Le salon du tourisme et des loisirs.

 

 

L'artisanat local.

Le salon du tourisme et des loisirs.
Le salon du tourisme et des loisirs.Le salon du tourisme et des loisirs.
Le salon du tourisme et des loisirs.Le salon du tourisme et des loisirs.

 

 

Un peintre local.

Gil Renaud dit Gil est un artiste peintre illustrateur.

Il a décidé voici deux décennies de quitter un poste confortable dans le notariat afin de se consacrer à sa passion, est devenu la référence en tant qu'aquarelliste à Mayotte.

Il gère aussi la seule galerie de peintures de l'île, l'Arabesque.

Le salon du tourisme et des loisirs.
Le salon du tourisme et des loisirs.

 

 

Les activités nautiques étaient aussi présentes sur le salon, avec une démonstration de kayak-polo.

Le salon du tourisme et des loisirs.
Le salon du tourisme et des loisirs.Le salon du tourisme et des loisirs.

 

 

 

Une démonstration de golf par le Golf Club les Ylangs. Et oui, il y a un golf à Mayotte !!!

Le salon du tourisme et des loisirs.Le salon du tourisme et des loisirs.

 

 

Le lycée agricole de Coconi ainsi que des pépinières de l'île.

Le salon du tourisme et des loisirs.Le salon du tourisme et des loisirs.

 

 

La balade à poney pour le plus grand plaisir des enfants. Il y a un centre équestre à Mayotte, il est situé sur la commune d'Hajangua.

Le salon du tourisme et des loisirs.
Le salon du tourisme et des loisirs.

 

 

 

Et toujours les danses traditionnelles par l'association Mila Zatrou

de Combani.

A Mayotte la musique et la danse ne sont jamais très loin.

Le salon du tourisme et des loisirs.Le salon du tourisme et des loisirs.
Le salon du tourisme et des loisirs.Le salon du tourisme et des loisirs.

Voir les commentaires

Publié le par M Christine
Publié dans : #culture traditions et patrimoine.

Samedi, le Banga Latrou organisait une journée dédiée à la cuisine traditionnelle locale.

Simple et pratique, la cuisine mahoraise est peu variée. La base des repas est constituée de bananes, de manioc et de riz.

Dans 98% des cas c'est la femme qui cuisine et elle prépare généralement de grandes quantités de nourriture, pour plusieurs raisons : les familles sont nombreuses avec beaucoup d'enfants, certains plats sont très longs à préparer donc autant en cuisiner beaucoup et enfin il faut toujours anticiper la visite d'un ami ou d'un voisin qui peut passer à l'improviste.

Nous avons donc participé à la préparation du Mataba qui est le plat traditionnel à Mayotte.

La préparation du plat est assez longue.

Il faut des brèdes de manioc (feuilles), les laver puis enlever les tiges des feuilles et les couper en morceaux.

La cuisine locale.
La cuisine locale.La cuisine locale.

 

 

Ensuite il faut piler les brèdes dans un mortier à l'aide d'un pilon.

C'est une étape très physique.

La cuisine locale.
La cuisine locale.La cuisine locale.

 

 

Puis vient la préparation du lait de coco.

On coupe la noix de coco en deux à l'aide du traditionnel shumbo. Et là, il vaut mieux être adroit de ses mains !!!

La cuisine locale.
La cuisine locale.
La cuisine locale.

 

 

Puis on la râpe à l'aide de cette râpe particulière sur laquelle on est assis. Il suffit juste d'effectuer le bon mouvement de rotation. Jacuse est très performant, il faut dire qu'il a gagné le  concours du plus rapide pour  râper les noix de coco sur Mayotte.

La cuisine locale.
La cuisine locale.

 

 

L'étape suivante consiste à mouiller le coco râpé avec de l'eau. Puis à bien malaxer avec les mains. Ensuite on essore et on tamise pour récupérer le jus de coco ainsi obtenu.

Enfin on ajoute le jus aux brèdes et on mélange.

 

La cuisine locale.La cuisine locale.
La cuisine locale.La cuisine locale.

 

 

On rajoute des oignons rouges, de l'ail, du sel, du poivre et on fait cuire pendant au moins 2 heures à feu doux.

Pour finir, on rajoute un peu de poisson. En fin de cuisson, la préparation doit être  presque sèche

La préparation du mataba est donc assez longue et c'est pour cette raison que ce plat est rarement au menu quotidien.

La cuisine locale.La cuisine locale.
La cuisine locale.La cuisine locale.

Le mataba est souvent accompagné de poisson au lait de coco, de manioc et de papayes vertes cuites.

 

 

Nous avons aussi participé à la confection des bonbons coco.

 

Il faut commencer par râper les noix de coco mais pas de la même façon que pour le mataba. La râpe est différente. On obtient l'effet de carottes râpées.

La cuisine locale.La cuisine locale.

 

Ensuite on prépare un caramel traditionnel dans une casserole avec du sucre et de l'eau.

Cette fois la Bouéni a utilisé le gaz.

Puis on rajoute la noix de coco râpée, bien mélanger.

La cuisine locale.La cuisine locale.

 

 

On rajoute de l'eau et des bâtons de cannelle. On fait cuire jusqu'à évaporation complète de l'eau.

La cuisine locale.
La cuisine locale.

 

La couleur change et l'eau s'est évaporée.

Il suffit d'étaler le bonbon coco sur un plat pour le laisser refroidir et pour finir, faire des petits tas.

Voilà c'est prêt !

La cuisine locale.La cuisine locale.
La cuisine locale.

Bon appétit !!!

Voir les commentaires