Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Allier à Mayotte

Allier à Mayotte

Vie quotidienne d'expatriés à Mayotte pour la famille et les amis.

Publié le par M Christne
Publié dans : #Actualités Mayotte.
« On veut de l’eau ! » Le cri de colère d’une habitante du sud

Une habitante du sud nous envoie ce cri de colère, de dépits, et décrit une situation qui ressemble à une scène de vie qui s’est figée. Plus d’école, plus de vie sociale, et des conditions d’hygiène qui se dégradent.

 

Nous sommes passés à Dembéni hier, au centre-est de l’île pour un reportage. Notre interlocutrice était malade, une forte fièvre, des diarrhées, « et pourtant, je n’utilise jamais l’eau du robinet. Même mon chat est malade, alors que je lui donne de l’eau en bouteille ! »

Les habitants subissent des coupures depuis mi-décembre, qui sont passées d’un jour, à deux jours sur trois. Une mission de la Sécurité civile est venue à Mayotte mi-janvier, sans résultat visible un mois et demi après.

Plus au sud, vers Sada, une habitante a écrit sa colère, et nous envoie un texte qui exprime ce que tous les habitants vivent au quotidien depuis 2 mois : pas d’eau pour tirer la chasse quand justement les diarrhées sont fréquentes, pas de lavage de main ensuite sans toucher des jerricans d’eau avec des mains salies, pas de garanties d’absence d’infection lorsqu’elle se coupe pour faire la vaisselle… Nous reproduisons intégralement son texte.

« Après le 6 février 2017
On ne veut pas entendre ce que nous propose la ministre
On ne veut pas !
Ce sont des solutions à long terme qui ne nous impactent pas actuellement
On veut entendre des solutions immédiates. Immédiates comme :

I) on veut de l’eau tout le temps
II) on veut pouvoir prendre une vraie douche tous les jours, une vraie
III) a la rigueur, on veut de l’eau un jour sur deux (voir plus bas, no 9)
IV) on veut entendre qu’on ne doit pas faire bouillir l’eau du robinet pendant 5 mn. on veut de la bonne eau. on est en France, pays développé, oui ou non !
V) on ne veut pas d’eau brunâtre
VI) on ne veut pas passer une heure tous les trois jours à remplir nos bidons d’eau… douteuse… parfois deux heures si on est une famille nombreuse
VII) on veut que l’eau revienne à l’heure prévue, pas une heure après
VIII) on ne veut pas devoir se faire vacciner conte l’hépatite ou la typhoïde… comme en Inde
IX) on ne veut pas que nos enfants soient malades
X) on veut savoir si cette eau est dangereuse pour les yeux
XI) on veut savoir si cette eau est dangereuse si on se coupe en faisant la cuisine
XII) on veut aussi que nos enfants aillent à l’école
XIII) on veut pouvoir recevoir nos amies le samedi et le dimanche. Peut-on le faire s’il n’y a pas d’eau ?
XIV) on veut que tout le monde participe à l’effort si celui-ci doit durer jusqu’au mois d’aout 2017 ????
XV) on veut que le nord soit traité comme le sud au nom du sacro-saint principe d’égalité (de la république, une et indivisible)
XVI) on veut entendre que le nord aussi, oui aussi, aura de l’eau un jour sur deux comme le sud… au nom du principe d’égalité et de fraternité de la république (encore une et indivisible)
XVII) on ne veut pas se sacrifier pour le nord
XVIII) on ne veut pas que cela continue jusqu’au mois d’aout
XIX) on ne veut pas que cette situation s’installe et que tout le monde considère cela comme normal ; la preuve, on n’en parle même plus au journal de Mayotte première (voir le mardi 21 février 2017)
XX) etc.

Comme dirait monsieur Zaman Soilihi, pour un pays développé, « c’est une honte »

Une citoyenne en colère. »

 

par Le Journal de Mayotte
le 24 février 2017 à 12:10

La retenue collinaire de Combani à 30,8% et celle de Dzoumogné est à 21,2%

 

robinet eau

8h57: Hier a eu lieu la 18 éme réunion du comité de suivi de la ressource en eau. Le point météorologique fait état de l’arrivée du flux de mousson depuis hier, ce qui provoque des pluies pour le moment très localisées. L’impact de ces précipitations sur les retenus collinaires de Combani et Dzoumogné reste à démontrer. En effet, le taux de remplissage de la retenue de Combani est de 30,8%. Le niveau de la retenue de Dzoumogné stagne quant à lui autour de 21,2%

La retenue collinaire de Combani. On en entend parler depuis des semaines. Alors, dimanche dernier nous sommes allés sur place pour nous rendre compte par nous même.

Et voilà les photos.

« On veut de l’eau ! » Le cri de colère d’une habitante du sud
« On veut de l’eau ! » Le cri de colère d’une habitante du sud
« On veut de l’eau ! » Le cri de colère d’une habitante du sud
« On veut de l’eau ! » Le cri de colère d’une habitante du sud
Le déversoir en cas de trop plein !!!

Le déversoir en cas de trop plein !!!

La retenue de Combani (sud) est à plus de 30%, celle de Dzoumogné (nord) est à 21%.

Alors questions ???

Pourquoi le sud subit-il des coupures et pas le nord ?

Pourquoi au nord continuent-ils à utiliser l'eau comme avant et que nous dans le sud nous devons subir des restrictions ?

Pourquoi le nord n'est-il pas solidaire du sud ?

Pourquoi le sud doit-il se sacrifier pour le nord ?

On en a marre !!!!!!!!!!!!!

 

Commenter cet article

dagniaux 04/03/2017 12:56

C'est incroyable!!! et on est au XXIème siècle!! Dire qu'ici il pleut depuis une dizaine de jours et qu'on ne sait plus quoi faire de toute cette eau qui nous tombe du ciel! Aucun écho dans la métropole de ce grave problème, les journaux préfèrent nous rebattre les oreilles avec les élections, les vrais problèmes passent à la trappe. Bon courage, prenez bien soin de vous, c'est pas le moment de tomber malade! gros bisous

Schmit 04/03/2017 15:51

Merci Brigitte, on s'accroche. Pour le moment nous sommes aux Seychelles et ici au moins il y a de l'eau à volonté.
Bises et à plus.
M Christine

Angelilie 03/03/2017 18:24

beau blog. un plaisir de venir flâner sur vos pages. une découverte et un enchantement. au plaisir

Schmit 04/03/2017 15:47

Merci beaucoup.
M Christine

habitante du sud du n°42 28/02/2017 20:15

tout est dit ... bravo mc!

Schmit 04/03/2017 15:48

Il paraît que la situation s'améliore. De l'eau un jour sur deux, c'est super. Bonnes vacances.
M Christine