Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Allier à Mayotte

Allier à Mayotte

Vie quotidienne d'expatriés à Mayotte pour la famille et les amis.

Publié le par M Christine
Publié dans : #Actualités Mayotte.
La crise de l'eau (suite et loin d'être terminé !)

Débrayage à Chirongui : Les enseignants du Lycée professionnel alertent sur les conditions d’accueil.

 
Les enseignants de la section d’enseignement professionnel de Chirongui ont débrayé une heure hier mercredi, pour alerter sur « les conditions d’accueil déplorables au sein de l’établissement ».

Dans un communiqué diffusé ce soir, les enseignants dénoncent une « situation exceptionnelle dans le sud de l’île, liée aux difficultés d’approvisionnement en eau », avec une forte dégradation des conditions d’hygiène et de sécurité.

« L’état des sanitaires n’est pas sans conséquence sur les problèmes d’hygiène et de santé des jeunes (pathologies induites, risques de transmission bactériologique, atteinte au bien-être des personnes…). La question des sanitaires concerne en effet la santé et la sécurité des élèves comme des personnels, mais aussi les règles de vie collective des citoyens dans des lieux publics.

Seulement deux toilettes sont ouvertes, dans un état de saleté affligeant, sans papier ni savon, des fermetures de portes cassées et avec des odeurs indignes d’un établissement accueillant du public », indiquent les enseignants.

Problèmes de surveillance, de nettoyage, bâtiments vétuste et hors norme… « Les personnels enseignants ont voulu dire ‘stop’ ». Si cette action était temporaire, les enseignants préviennent qu’un mouvement plus large pourrait débuter « si rien n’est fait ».

La CGT éduc’action demande au vice-rectorat d’entendre cette colère… et de ne pas se limiter à la livraison d’une cuve d’eau mais « d’avoir pour objectif la mise en place d’un environnement scolaire favorable à la santé ".

par Le Journal de Mayotte
le 10 février 2017 à 04:59

Crise hydrique :

Nous avons envoyé un message hier plus spécifiquement destiné aux établissements du sud. Le débrayage qui a eu lieu hier à la SEP de Chirongui prouve, s’il en était besoin que la situation de pénurie d’eau prend des proportions pour le moins préoccupante ! Cette section professionnelle se retrouve sans eau pendant plusieurs heures en début de journée en raison de citernes non remplies ce qui crée des problèmes d’hygiène, les toilettes ne fonctionnant plus normalement. De plus, les bouteilles d’eau ne sont plus fournies aux personnels. Cette situation est inacceptable et appelle une réponse forte de la part des collègues qui sont soumis à un tel traitement. Les leçons de morale d’un proviseur, dont le seul objectif est de poursuivre coûte que coûte les enseignements, quelles que soient les conditions, sont parfaitement déplacées.

Le SNES avait fait voter une délibération au CHSCT de novembre pour une visite de tout le site de Chirongui. Elle n’a jamais eu lieu alors que le vote de cette délibération a valeur contraignante. Nous y reviendrons au CHSCT prévu le 13 février avec l’objectif de trouver des aménagements des conditions de travail alors que vous êtes durement éprouvés par les coupures d’eau. Afin de préparer cette réunion du CHSCT, nous attendons d’autres réactions de votre part, voire des suggestions. Pour le moment, seul Chirongui a réagi.

http://www.mayotte.snes.edu/Crise-de-l-eau-tuberculose-et-action-du-SNES.html

Article du SNES (syndicat d'enseignants)

 

Mercredi matin, les enseignants de la SEP (section d'enseignement professionnel) de Chirongui ont arrêté le travail pendant 1 heure afin de dénoncer les conditions déplorables dans lesquelles ils travaillent avec 500 élèves et ce, depuis plus de 5 semaines.

Pour cet établissement pas de rampe de distribution de l'eau, uniquement deux citernes qui étaient pratiquement vides ce mercredi et 2 toilettes seulement pour 500 élèves dans un état déplorable, sans papier, sans savon et pas nettoyées.

Magnifique pour un établissement professionnel où les élèves manipulent la peinture, le ciment, le plâtre, le bois à  longueur  de journée. Comment font-ils pour se laver ?

La réponse du proviseur et de son adjointe  : AUCUNE.

Là on frise l'incompétence.

Merci à vous qui avez signé la pétition sur la pénurie d'eau à Mayotte.

Commenter cet article

domi 25/02/2017 12:21

Ici, personne n'en parle, vous ne seriez pas là-bas, on n'en saurait rien...vous non plus. La proximité à cela de bon, nous ouvrir les yeux sur des souffrances qui vu de loin nous deviennent indifférentes. Espérons que la pétition en-cours stimulera une prise de décision à CT et LT. Courage, on pense bien à vous! Bises