Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Allier à Mayotte

Allier à Mayotte

Vie quotidienne d'expatriés à Mayotte pour la famille et les amis.

Publié le par M Christine
Publié dans : #Actualités Mayotte.
La ministre de la fonction publique défend les fonctionnaires et l’indexation en Outre-mer

Interrogée sur France Ô après avoir signé une tribune dans le Huffington Post, Annick Girardin prend le parti des salariés de la fonction publique alors qu’ils sont un enjeu du débat de la primaire à droite. La situation à Mayotte montrée en exemple du besoin d’Etat.

« La sur-rémunération Outre-mer, ce n’est pas un sujet aujourd’hui dans ce gouvernement. Il n’y aura pas de remise en cause de la sur-rémunération Outre-mer ». Annick Girardin ne pouvait être plus claire. Dans l’émission « Les témoins d’Outre-mer » de France Ô, la ministre de la fonction publique a pris fait et cause pour l’indexation alors qu’à droite, la campagne de la primaire a fait du nombre et de la rémunération des fonctionnaires un enjeu électoral.

« Contrairement à ce que voudraient nous faire croire les candidats aux primaires du parti LR, les fonctionnaires ultramarins remplissent une mission essentielle de service public dans des territoires ou les difficultés sociales sont souvent plus importantes qu’en métropole. L’exemple de Mayotte en est la plus parfaite illustration », a-t-elle expliqué.

Et la ministre s’est en effet longuement attardée sur le cas mahorais. Chez nous, les 17.000 fonctionnaires bénéficieront d’une sur-rémunération à 40% à partir du 1er janvier prochain, contre 30% actuellement, la fin de la montée en puissance de l’indexation décidée il y a 3 ans. Mayotte rejoindra ainsi le niveau effectif en Martinique, en Guadeloupe et en Guyane, mais restera en dessous de l’indexation appliquée à La Réunion qui est de 53%.

Pour Annick Girardin, alors qu’un « plan très important de 300 millions d’euros est apporté aujourd’hui à Mayotte » (via le CPER), les crises économiques et sociales justifient le « soutien fort de l’Etat ».

L’indexation pour compenser l’insécurité

Interrogée sur le fait que 800 enseignants seraient sur le départ à Mayotte selon la CGT, pour « des raisons d’insécurité », la ministre a reconnu que « oui, il y a des soucis de sécurité à Mayotte, et pour les fonctionnaires, c’est une difficulté encore supplémentaire, supérieure à un coût de la vie dans les Outre-mer beaucoup plus élevé que la métropole ».

« Cette difficulté d’insécurité, il faut aussi pouvoir y répondre », a-t-elle ajouté, alors que le ministre de l’Intérieur est, de nouveau, attendu à Mayotte en septembre.

La ministre a donc confirmé ses arguments publiés mercredi dans une tribune du Huffington Post. Elle y déplore le fait que « les 163.000 fonctionnaires en poste affectés dans les Outre-Mer font régulièrement l’objet de caricatures et de fantasmes complètement déconnectés des enjeux de ces territoires. Considérés comme des privilégiés surpayés, ils sont la cible de campagnes de dénigrement qui viennent presque à nous faire douter de leur utilité sur ces territoires éloignés ».

L’Outre-mer, une opportunité pour la fonction publique

Dans cette tribune, elle défend aussi « la prise en compte des centres d’intérêt moraux et matériels (CIMM) dans la loi déontologie du 20 avril dernier » qui va permettre à « ceux qui ont des attaches ultramarines fortes de pouvoir y mener leur parcours professionnel ».

Enfin, s’il n’est pas un eldorado pour les fonctionnaires, l’Outre-mer est à l’inverse une « formidable opportunité pour la fonction publique », estime-t-elle. « En effet, la taille de ces territoires doit nous permettre de repenser la portée et donc l’efficacité de la fonction publique. C’est de cette réciprocité, de ces interactions entre métropole et outre-mer que doivent naitre des expérimentations ambitieuses qui dessineront la fonction publique de demain », affirme la ministre.

C’est en tout cas l’objectif proposé aux organisations syndicales pour préparer le projet de loi sur l’égalité réelle attendu à l’automne.

Ces prises de position font suite aux débats à droite et en particulier au « projet économique pour 2017 » de Nicolas Sarkozy qui propose la suppression progressive de la sur-rémunération des fonctionnaires des DOM, pour économiser à terme « 400 millions d’euros ». De la pure « surenchère démagogique anti-fonctionnaires », a tranché Annick Girardin.

RR
Le journal de Mayotte

Merci Madame la Ministre,  pour une fois qu'un politicien ne tape pas sur le dos des fonctionnaires !!!

Je pense que la sur-rémunération des fonctionnaires à Mayotte est entièrement justifiée en raison de l'insécurité, de la vie chère, des problèmes d'approvisionnement (pas de légumes frais, de viande fraîche ..),  de l'accès au soin plus que déplorable, du niveau scolaire pour ceux qui arrivent avec des enfants ), du climat pas facile à supporter, du prix des billets d'avions excessifs (Air Austral a le monopole) etc , etc ...

Pour rendre cette île attractive il y a encore énormément de travail et ce n'est pas en supprimant l'indexation et les primes que notre gouvernement va y arriver. L'Education Nationale n'arrive plus à recruter et on voit ce que celà donne en mettant  dans les classes des enseignants mahorais qui n'ont pas le niveau pour enseigner. Une catastrophe !

Commenter cet article

Isabelle 31/05/2016 11:15

Merci Christine pour votre retour, nous allons maintenir la destination en attendant de voir comment la situation évolue.

Isabelle 25/05/2016 13:12

Bonjour,
Nous avons prévu de passer 8 jours à Mayotte au jardin de Mahoré. Nous aurions du effectuer ce séjour l'an passé après notre voyage à Madagascar mais Air Madagascar en a décidé autrement !!! Cette année nous avons décidé de venir par la Réunion. nos billets et séjours sont réservés mais au vu des actualités nous nous interrogeons fortement. Passer des vacances stressés par des problèmes de sécurité et être dans un merveilleux endroit sans pouvoir le découvrir ne nous tente pas vraiment. Nous entendons tout et son contraire donc votre avis à vous qui êtes sur place nous permettrait d'y voir plus clair, Merci pour votre retour.
isabelle

Schmit 25/05/2016 14:11

Bonjour,

Le jardin Mahoré c'est le sud de l'île, la plage de N'Gouja, certainement l'endroit le plus calme de Mayotte.
Cependant en ce moment, le climat n'est pas très serein avec le problème des expulsions des clandestins sur l'île.
Il faut faire attention en allant sur Mamoudzou, la capitale. Des problèmes, d'agressions, de vols, d'attaques au
chumbo. Ne pas sortir le soir dans certains endroits (nous évitons). Pas de randos seul en brousse et des plages à éviter.
De N'Gouja vous pouvez tout de même faire pas mal de choses ; sorties bateau, randos dans le sud, plongée etc ...
Voila ce que je peux vous dire, nos enfants sont venus en avril et tout s'est très bien passé malgré les grèves et l'insécurité.
Bonnes vacances

M Christine